Il est grand temps de rallumer les étoiles | Virginie Grimaldi

Bonjour à tous !

Je vous retrouve avec un roman que j’ai eu du mal à refermer tellement il m’a plu… Il est grand temps de rallumer les étoiles de Virginie Grimaldi, vient de sortir en poche aux éditions Le livre de Poche (merci beaucoup pour cet envoi !), et je vous le conseille d’emblée ! (vous pouvez également lire ma chronique si vous le souhaitez 🙂 ).

img_20190610_104058_1257145714667552885174.jpg

(suite…)

Trilogie « Les mondes d’Ewilan » de Pierre Bottero

Après avoir dévoré la trilogie « La quête d’Ewilan », me voici plongée dans la suivante intitulée « Les mondes d’Ewilan », saga constituée également de 3 ouvrages : « la forêt des captifs« , « l’oeil d’Otolep » et « Les tentacules du Mal« . Et c’est encore une fois un coup de coeur pour cette série jeunesse fantasy écrite par Pierre Bottero.

img_20190602_095643_2715728491037348252624.jpg (suite…)

Trilogie « La quête d’Ewilan » | Pierre Bottero

La quête d’Ewilan est une trilogie écrite par Pierre Bottero, publiée initialement chez Rageot Edition en 2003 (l’édition poche est chez Le livre de Poche). Elle comprend donc 3 romans : D’un monde à l’autre, Les frontières de glace, L’ile du destin.

img_20190512_193652_8668949456278167757057.jpg

Résumé

La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule le jour où elle pénètre accidentellement dans un univers parallèle, nommé Gwendalavir. Elle ignore tout de ce monde où, pourtant, on semble la reconnaître sous le nom d’Ewilan. Accompagnée dans sa quête par son ami Salim, elle réalise qu’elle possède un don prodigieux et que tout un peuple l’attendait pour reconquérir sa liberté et sa dignité. Camille doit vite apprendre à maîtriser son pouvoir, l’art du Dessin…

Mon avis sur cette trilogie

Cette saga m’était encore inconnue il y a quelques semaines. Aujourd’hui, comme je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt ! Ces romans sont une bouffée d’air frais, l’univers est riche et bien développé, et on devient très rapidement accro ! J’ai lu les trois tomes en quelques jours…

Nous faisons rapidement connaissance avec Camille et Salim, deux amis que tout oppose… ou presque. L’une habite dans une riche famille d’accueil, l’autre dans une tour de cité. La différence s’arrête ici, puisque chacun est parcouru par la même joie de vivre, les mêmes valeurs. L’amitié qui les lie est puissante, si puissante que lorsque Camille découvre l’existence d’un monde parallèle, Salim n’hésite pas une seconde à la suivre dans l’aventure ! Il faut dire qu’il n’a pas vraiment d’attaches dans son monde, adopté par sa tante qui ne se soucie pas de lui, sa seule vraie famille, c’est Camille. Ils vont découvrir tous les deux cet univers incroyable, peuplé de créatures toutes plus féroces et fantastiques les unes que les autres. Il feront bientôt la rencontre d’Edwin le guerrier, Maniel et Bjorn les chevaliers, Ellana la marchombre, Duom Nil’Erg le vieille analyste… J’avoue avoir été un peu déstabilisé en abordant tous ces prénoms, noms de lieux, noms de bestioles… à consonances étranges (un peu bretonnes non ?). Mais je m’y suis faite, et j’ai trouvé cela plutôt poétique.

Les personnages sont très attachants et différents. Chacun a sa personnalité, et apporte une compétence dans cette quête pour retrouver les sentinelles figées. Ma préférence va à Salim, toujours de bonne humeur, drôle, touchant. J’ai trouvé que Camille (Ewilan de son vrai prénom) était parfois un peu sèche avec lui, même si l’on sait qu’ils sont dévoués l’un envers l’autre. Edwin est aussi un personnage qui a touché mon petit cœur d’artichaut. L’amitié, le dévouement, le sens de la famille, le partage ou encore la tolérance sont des notions au cœur de ces romans. De biens belles choses à transmettre à la nouvelle génération de lecteurs 🙂

J’ai beaucoup aimé voyager au sein de Gwendalavir. Le lecteur traverse différentes contrées et rencontres plusieurs peuplades : les faëls, les frontaliers, les Raïs, les Ts’liches… certains sont des amis, d’autres non. Le danger est partout, les rebondissements nombreux, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde !

cartegwendalavirye9

Une lecture pleine de poésie et de fantasy, que je vous conseille de découvrir si vous ne connaissez pas encore cet univers. Je viens d’acheter les 3 tomes suivants de la saga « Les mondes d’Ewilan » que j’ai d’ors et déjà commencé. Un véritable coup de cœur, que vous pouvez également faire découvrir à des enfants, vers l’âge de … 10 ans (?, je ne suis pas spécialisée, dites moi ce que vous en pensez ?). A lire !

Le pacte d’Avril | Sophie Astrabie

Bonjour à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui avec ce roman de Sophie Astrabie, paru en poche il y a quelques semaines chez Le Livre de Poche (que je remercie chaleureusement pour cet envoi). C’est la première fois que je lis cette autrice, je suis donc vierge de tout à priori ! Voici ma chronique. (suite…)

J’ai testé : le carnet à gribouiller | « Défoule-toi ! ça va mieux en le disant »

Bonjour à tous ! On se retrouve aujourd’hui avec une chronique un peu particulière, celle d’un carnet à gribouiller ! Un carnet à quoi ? A gribouiller mamie ! C’est un petit livret, qui permet de se délivrer des ses émotions. Avec « Défoule toi ! ça va mieux en le disant » de Lotta Sonninen (publié chez Le livre de poche), il s’agit de la gestion de la colère.

20190412_1321363766510376123072788.jpg

Je vous raconte le contexte. William des Éditions Le livre de Poche me contact pour tester ce nouveau carnet défouloir et qui me dit  » nous nous demandons s’il t’arrive parfois d’être un peu ronchon, énervée voir même carrément verte de rage ? »… nooon c’est pas du tout mon genre 🙂 🙂 🙂  Oui bon ok, c’est tout à fait moi. J’accepte donc de recevoir cet ouvrage qui m’intrigue énormément. Vais-je pouvoir enfin me délivrer de toute ma rancœur et mes contrariétés du quotidien ? (non je n’exagère jamais lol).

Le gros point positif de ce carnet, c’est que l’on est vraiment guidé dans notre quête à la sérénité. Je m’attendais davantage à une page blanche sur laquelle je me serais défoulée avec l’aide d’un crayon noir.Et bien non, ici nous allons pouvoir noter tout ce qui ne vas pas dans notre vie, lister les noms des personnes que nous n’aimons pas, faire la liste de tout ce que l’on reproche à tel ou tel individu… la liste est longue et il y a de quoi faire ! C’est un carnet donc très complet, et bien mis en page. Le format est également très pratique, car on peut le glisser facilement dans un sac à main afin de gribouiller à sa guise dans le bus ou dans une salle d’attente 🙂

Je vais maintenant parlé d’un point qui ne m’a pas convaincu, mais qui est totalement subjectif. Je n’ai pas aimé le ton de cet ouvrage, que je trouve très négatif et qui du coup ne me correspond pas. Ce n’est pas parce qu’on ressent souvent de la colère que l’on est rancunier. Je sais que cela est sous couvert d’humour, j’ai bien saisie le truc. Mais j’aurai aimé que cette colère se transforme en quelque chose de plus positif : faire une liste de reproches, une liste des problèmes de mes amis, une liste des gens qui ont réussi « beaucoup » trop facilement … (perso je suis content pour eux lol ) j’ai l’impression que cela met encore + l’accent sur cette colère enfouie.

Et alors le coup de grâce : faire la liste des blogs « vraiment débiles » ou des « insta-crottes »… En fait, je crois que l’on est trop dans  le jugement et ça ne me plait pas…

20190410_0851255541638213887549537.jpg

Bref, c’est la première fois que je ne suis pas convaincue par un ouvrage que je reçois, j’en suis bien désolée ! Mais je ne pouvais pas ne pas être sincère…

Vous avez déjà testé ce genre d’ouvrages ? Qu’en avez-vous pensé ?

La mélancolie du Kangourou | Laure Manel

Bonjour à tous ! Qu’il me tardait de lire ce roman 🙂 J’attendais sa sortie en poche depuis l’année dernière (je n’aime pas lire les grands formats, pas pratique dans le lit), et donc quel bonheur de le trouver un jour dans ma boite aux lettres : surprise ! [merci aux éditions Le livre de poche – sortie en librairie le 24 avril 2019]. Ni une ni deux je me lance dans la lecture de ce roman de Laure Manel, avec tout de même un peu d’appréhension lors de la découverte de la quatrième de couverture… ma boite de mouchoirs est prête !

img_20190401_101344_6296887837587083685403.jpg (suite…)

Au petit bonheur la chance | Aurélie Valognes

Hello ! Me voici de retour avec une auteure que vous connaissez sans doute : Aurélie Valognes ! Je viens de terminer « au petit bonheur la chance », qui vient tout juste de paraitre aux éditions Le livre de poche et, comme d’habitude, c’est une joie de lire cette écrivaine. C’est parti pour la chronique de ce 4ème roman de la spécialiste du feel good à la française !

img_20190324_190943_468867734885263419688.jpg (suite…)

Le livre perdu des sortilèges – Déborah Harkness

Bonjour les mordus de lecture ! On se retrouve aujourd’hui avec mon premier gros coup de cœur de l’année, pour le premier tome de la trilogie du livre perdu des sortilèges, de Déborah Harkness. Les 3 livres de la saga étant dans ma pal depuis plus d’un an, j’ai décidé de me lancer dans la lecture de ces gros pavés (plus de 800 pages pour celui-ci), sur les conseils de plusieurs copines insta. Grand bien m’en fasse car c’est une tuerie !

img_20190203_163807_5091176793495978677944.jpg (suite…)

Entre ciel et Lou | Lorraine Fouchet

Hello les lecteurs ! Je viens de terminer le roman de Lorraine Fouchet « Entre ciel et Lou ». C’est le deuxième livre de l’auteure que je lis, puisque j’avais découvert l’année dernière « Les couleurs de la vie » qui m’avait beaucoup plu. Cela faisait un moment que cet ouvrage était dans ma wishlist, et l’ayant enfin trouvé d’occasion il y a quelques semaines, je ne pouvais attendre plus longtemps : il fallait le sortir de mon immense pal !

(suite…)

Entretien avec Clarisse Gardet, autrice de « Grandir avec ses émotions  » aux éditions Le livre de poche

Bonjour Clarisse !

Tout d’abord, merci d’avoir répondu à ma sollicitation, et de participer à ce jeu de questions-réponses. Je suis très heureuse que cet échange puisse avoir lieu !
Suite à la publication de ma chronique sur votre dernier livre « Grandir avec ses émotions » (Cliquez ici pour accéder à ma chronique), plusieurs jeunes femmes m’ont contacté pour me demander des informations sur cet ouvrage. Je ne voyais que vous pour répondre aux mieux à ces interrogations !  Voici les questions que des mamans instragrameuses ont voulu vous poser, sur le thème de la méditation pour les enfants :

À partir de quand pratiquer la méditation avec un enfant ?
Clarisse Gardet : L’envie de l’enfant reste le meilleur indicateur. Il est indispensable de ne pas le forcer à méditer ! Généralement l’enfant a envie d’imiter ses parents, ses aînés ou les adultes s’il les voit pratiquer la méditation. Vous pouvez l’inviter à se joindre à vous, ou lui proposer des séances très courtes, sans l’obliger à une immobilité absolue. Cela doit toujours rester un moment agréable !

L’adulte doit-il est présent lors des séances ?
C.G: C’est formidable de méditer ensemble ! C’est pour cela que j’ai prévu un CD qui accompagne chacun de mes livres. Les méditations enregistrées vous permettent de partager ce moment avec votre enfant sans avoir à guider la méditation.

Y a-t-il un moment propice à la méditation ? Au levé, au couché ? Ou plutôt au moment de la « crise » ?
C.G: Surtout pas au moment de la crise ! La méditation n’est pas faite pour calmer les enfants, mais pour leur permettre d’apprendre à se familiariser avec leurs réactions et leurs sensations. Pratiquée régulièrement, elle permet à chacun de découvrir, petit à petit, le chemin pour s’apaiser dans les moments difficiles.

Quoi faire, mettre en place pour les petites colères qui apparaissent plus tôt que 5 ans, aux alentours de 14 mois ?
C.G: À tout âge une émotion est inconfortable et pénible. Encore plus pour le petit enfant qui n’a pas la maturité physique ni cérébrale pour comprendre et réguler ses émotions. C’est un apprentissage qui se fait au fil du temps. Comme je l’explique dans Grandir avec ses émotions, lorsqu’il est en colère, votre enfant a besoin AVANT TOUT de présence et de réconfort. Consolez-le, dites-lui que vous savez qu’il souffre d’être dans cet état. C’est par la bienveillance et la patience que vous l’accompagnerez dans son apprentissage vers un équilibre émotionnel.

La méditation pour les enfants doit-elle être une pratique régulière comme pour les adultes ou peut-on la proposer très ponctuellement ?
C.G: Il est préférable d’installer une régularité. Néanmoins, tout dépend du contexte. Dans le cadre scolaire, c’est souvent plus simple qu’à la maison. Dans tous les cas, il ne faut jamais forcer les enfants à méditer, j’insiste beaucoup sur ce point. À vous de trouver le moyen de leur donner envie. C’est souvent en voyant les adultes pratiquer que les enfants ont envie de participer.

Combien de temps dure une séance de méditation pour jeune enfant (autour de 6 ans)?
C.G: Il est souvent difficile pour un jeune enfant, surtout les premières fois, de rester immobile sans parler. Proposez-lui, comme un jeu, de faire trois minutes de silence en regardant un sablier qui s’écoule.

Ma deuxième fille de 4 ans est propre pendant la sieste et la nuit et à l’école, mais pas pour le caca… » la méditation peut-elle l’aider ?
C.G: La méditation n’est pas une baguette magique ! C’est votre amour et votre patience qui l’aideront le plus à passer cette étape importante de l’apprentissage. La méditation peut vous aider, vous, à apaiser votre inquiétude pour ne pas la transmettre à votre enfant. Mais si vous êtes trop inquiète ou que cette situation se prolonge, le mieux est de consulter votre médecin qui vous donnera les conseils adaptés.

Quelle est la différence entre une séance de méditation et une séance de relaxation ?
C.G: Les deux pratiques sont complémentaires.
La méditation, bien qu’elle puisse nous apporter de l’apaisement et du soulagement, n’a pas pour objet de se détendre ou de se relaxer. Elle consiste à observer tout ce qui nous arrive, sans chercher à changer notre état, sans se juger ni s’en vouloir. Par exemple, lorsqu’on est triste sans raison, le fait d’en prendre conscience et de voir comment cette émotion nous traverse est beaucoup plus apaisant que d’essayer de se forcer à être joyeux. Ou encore lorsqu’on a peur, le reconnaître permet d’en parler, ce qui évite l’escalade émotionnelle et rend plus lucide pour mieux trouver le courage d’affronter l’événement.

La relaxation quant à elle est très utile pour apaiser des tensions ponctuelles. Par exemple pour réussir à s’endormir après une journée agitée ou à la veille d’un événement comme un anniversaire dont la perspective surexcite les enfants.

J’ai consacré un CD de séances enregistrées de ces deux types de pratiques dans J’apprends à être zen.

La pratique de la méditation peut-elle aider un enfant très timide, qui a du mal à tisser des liens avec les autres enfants de son âge ?
C.G: L’approche méditative consiste à de ne pas chercher à refouler ou l’étouffer la timidité, mais à se familiariser avec elle. L’enfant peut alors se rendre compte de toutes les manifestations de cette émotion. Il est important de l’aider à les décrire, en mots ou en dessin : ressentis physiques — rougeur, mal au ventre, accélération des battements du cœur —, sentiments qui se déclenchent — panique, honte, tristesse, peur — et tous les autres phénomènes associés.

Petit à petit, il pourra ainsi apprivoiser son expérience et trouver des ressources pour entrer en contact avec les autres enfants.

 

Joanne : Un grand merci Clarisse d’avoir répondu à nos questions ! J’espère que ces éléments de réponses vous auront donné envie de pratiquer la méditation avec vos enfants 🙂

 

Biographie : Clarisse Gardet est sophrologue, diplômée de l’École des hautes études de sophrologie pratique la méditation laïque et l’enseigne à L’école occidentale de méditation et fait de nombreux ateliers pour les enfants. (source Lelivredepoche.com). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sonores (c’est à dire accompagné d’un CD) dont Grandir avec ses émotions, Méditer avec les enfants, Méditation, respiration, relaxation : se ressourcer pour tout concilier…