Dans le murmure des feuilles qui dansent | Agnès Ledig

Et me voilà emportée pour la première fois au cœur d’un roman de l’autrice Agnès Ledig. J’avais lu des avis très positifs sur ce roman, et c est à mon tour de le découvrir grâce à sa sortie en poche (paru chez Le livre de poche, que je remercie pour cet envoi).

Résumé éditeur

Anaëlle, une jeune femme dont la vie a été bouleversée par un accident, se reconstruit doucement, entre son travail et sa passion pour l’écriture.
Thomas raconte des histoires merveilleuses d’arbres et de forêt pour mettre un peu de couleur dans la chambre d’hôpital de Simon, un garçon lumineux et tendre.
Chacun se bat à sa manière contre la fatalité. Mais est-ce vraiment le hasard qui va sceller leur destin ?

Mon avis

Lorsque j’ai commencé la lecture de ce roman, je n’avais pas lu le résumé (comme souvent). Et là je me suis pris une première claque avec le personnage de Simon. Je dois vous expliquer avant que je ne suis pas du tout fan des histoires sur fond médical, surtout lorsque cela touche les enfants. (Chialance assurée). Je découvre donc l’histoire de Thomas, ce grand frère dont la vie a basculé le jour où Simon, son petit « demi » frère de 8 ans, est tombé gravement malade. Une leucémie, chance de survie faible. Chaque jour il se rend à l’hôpital afin de soutenir les parents de Simon, et lui raconte des histoires de forêt. A travers des dessins de paysages et d’animaux, Thomas insuffle la vie dans la petite chambre stérile de Simon.

Une deuxième histoire vient s’emmêler à la précédente. Celle d’Annaelle, jeune femme également abîmée par la vie. En pleine reconstruction de sa vie, elle noue une relation épistolaire avec un procureur de la république. Cet échange de lettre va devenir de plus en plus ambiguë, a tel point qu’il pourrait changer radicalement la vie d’Annaëlle…

Thomas et Annaelle sont deux personnages en reconstruction, après avoir vécu la maladie ou un accident. Leurs destins vont se croiser lentement, et, sans trop savoir pourquoi, ces deux là vont unir leur sensibilité et se découvrir des points commun. J’ai beaucoup aimé ce roman, qui se lit très rapidement malgré son nombre de pages (je l’ai avalé en 24h ! Un record depuis un moment 😁). J’ai trouvé l’écriture d’Agnes Ledig douce et empreinte d’une extrême sensibilité, les émotions sonnent justes, j’ai vraiment été touchée par cette histoire.

Petit bémol à ma lecture : le lien entre les deux histoires. Je l’ai trouvé un peu léger. J’aurai apprécié davantage de croisements, et un peu plus subtilement. Je me suis souvent demandée : mais c’est quoi le lien entres les deux ? Un petite déception donc sur ce point.

J’ai tout de même passé un très bon moment de lecture et je suis bien contente d’avoir pu enfin découvrir la plume poétique d’Agnes Ledig. Vous auriez d’autres roman à me conseiller ? Bonne journée !

La liste des prétendants | Sonya Lalli

Bonjour !

Je viens de terminer ce roman, tout juste paru chez les éditions Eyrolles (merci beaucoup pour cet envoi !), et je ne suis pas passée loin du coup de cœur ! Derrière ce titre un peu cucu la praline [c’est ce qui m’a accroché je l’avoue / et la magnifique couverture] , se cache un livre plus profond, qui questionne sur la communauté indienne.

20190614_0901514845906882355883096.jpg

(suite…)

Le pacte d’Avril | Sophie Astrabie

Bonjour à tous ! Je vous retrouve aujourd’hui avec ce roman de Sophie Astrabie, paru en poche il y a quelques semaines chez Le Livre de Poche (que je remercie chaleureusement pour cet envoi). C’est la première fois que je lis cette autrice, je suis donc vierge de tout à priori ! Voici ma chronique. (suite…)

Quand nos souvenirs viendront danser |Virginie Grimaldi

Je viens tout juste de terminer ce roman… dévoré en 1 jour ! Cela m’arrive très rarement, d’être aussi happée par l’histoire, de vouloir à tout prix connaitre la suite. Je vous présente aujourd’hui l’un des livres qui figurera certainement dans mon top 10 de l’année 2019. Sortie en librairie le 2 mai (merci aux Éditions Fayard pour cette découverte) !

20190430_1043509184462539904932625.jpg

Résumé éditeur

« Lorsque nous avons emménagé impasse des Colibris, nous avions vingt ans, ça sentait la peinture fraîche et les projets, nous nous prêtions main-forte entre voisins en traversant les jardins non clôturés.
Soixante-trois ans plus tard, les haies ont poussé, nos souvenirs sont accrochés aux murs et nous ne nous adressons la parole qu’en cas de nécessité absolue. Nous ne sommes plus que six: Anatole, Joséphine, Marius, Rosalie, Gustave et moi, Marceline.
Quand le maire annonce qu’il va raser l’impasse – nos maisons, nos souvenirs, nos vies -, nous oublions le passé pour nous allier et nous battre . Tous les coups sont permis: nous n’avons plus rien à perdre, et c’est plus excitant qu’une sieste devant Motus. »

Mon avis

Marceline et Anatole sont mariés depuis plus de soixante ans. Ils habitent impasse des colibris depuis le même nombre d’années, leur premier « chez eux ». Cette maison à vu grandir leur enfant unique, Corinne, puis accueilli Grégoire leur petit fils qui donna une seconde jeunesse au couple de jeunes grands-parents. Tous leurs souvenirs sont ici, les meilleurs… comme les pires. Alors lorsque le maire de la ville décide subitement de faire raser la petite rue, les 6 derniers habitants s’associent dans le but de sauver leurs foyers.

On pourrait croire que l’histoire se résume à cela. Pourtant, grâce à cette trame de départ, Virginie Grimaldi tisse une histoire merveilleusement touchante. Le lecteur découvre, pas à pas, la vie de Marceline au travers de souvenirs écrits tout au long de son existence, à la manière d’un journal intime. Nous apprenons donc à connaitre cette vieille femme un peu bourru (mais non sans un humour décapant !), et ce qui a « asséché » petit à petit son cœur. J’ai trouvé ce vas et vient « vie présente » – « vie passée » extrêmement bien coordonné et très attendrissant. Les extraits du carnet de Marceline donnent tout au long du récit des explications sur les relations entres voisins ou entres parents et enfants.

Les relations humaines sont donc au cœur de ce livre, et beaucoup de thèmes sont abordés : la perte d’un être cher, l’éloignement, des disputes, les secrets de famille… Le récit parvient à ne pas être larmoyant, et même drôle (on retrouve bien la plume de l’auteure !). J’ai adoré les personnages de Marceline et Anatole, qui s’aiment depuis tellement d’années et qui ont appris à vivre ensemble, coute que coute. C’est un magnifique exemple d’amour qui s’adapte, qui fait des concessions, qui s’épaule : est-ce que cela existe encore ? J’ai aimé les voir se disputer, se chamailler pour des broutilles ou se quereller sur des sujets plus sensibles. Ces différents les rendent vrais et authentiques, et plus d’une fois je me suis identifiée à ce couple (pourtant d’une toute autre génération).

Enfin, le thème qui m’a le plus touché est celui de la maladie et de la vieillesse. L’auteure traite ce sujet avec une grande délicatesse et j’ai été très touchée par l’histoire de Marceline (pour raisons personnelles…). J’aimerais tellement avoir son caractère à 83 ans 🙂 Je ne souhaite pas en dire d’avantage pour ne pas vous spoiler une once du récit !

Vous l’aurez compris, j’ai adoré ce roman. Je pense qu’il s’adresse à n’importe qu’elle génération, tout le monde peut retrouver un peu de lui dans ce livre. Encore une belle réussite pour Virginie Grimaldi (c’est mon préféré que j’ai lu pour l’instant, merci !). Je le conseille à 100% !

La mélancolie du Kangourou | Laure Manel

Bonjour à tous ! Qu’il me tardait de lire ce roman 🙂 J’attendais sa sortie en poche depuis l’année dernière (je n’aime pas lire les grands formats, pas pratique dans le lit), et donc quel bonheur de le trouver un jour dans ma boite aux lettres : surprise ! [merci aux éditions Le livre de poche – sortie en librairie le 24 avril 2019]. Ni une ni deux je me lance dans la lecture de ce roman de Laure Manel, avec tout de même un peu d’appréhension lors de la découverte de la quatrième de couverture… ma boite de mouchoirs est prête !

img_20190401_101344_6296887837587083685403.jpg (suite…)

Mon top 10 des livres avec une histoire d’amour (et un beau gosse)

Hello les lecteurs !

2019-02-10_21_07_04.gif

C’est avec des petits cœurs dans les yeux que je vous retrouve pour cette journée spéciale love to love. Je vous propose donc un article sur le thème de l’amouuuur, avec un top 10 de mes lectures préférées avec une histoire d’amour qui donne des papillons dans le ventre (et aussi l’envie de changer de mecs 🙂 je blague bien sur #oupas). Je vous préviens d’avance, je ne suis pas une grande fana des romans d’amour, donc ce sont des livres soft, où la love story n’est pas forcément au premier plan … Allez op, on y va !


(suite…)

La délicatesse du homard / Laure MANEL – Le livre de poche

Alerte coup de coeur !
J’ai eu la chance de découvrir ce magnifique roman de l’auteure Laure Manel (merci les éditions Le livre de poche !). Dubitative au premier abord (je ne suis pas très fan des histoires d’amour, souvent un trop peu cucus la praline), j’ai été transportée par la rencontre d’Elsa et François dès les premières pages du livre, au point d’y penser constamment dès que je le reposais (oui, des fois il faut que je m’occupe de mon fils lol)

>La délicatesse du homard
Le livre de poche – mai 2017
345 pages – 7€70 ttc (France) (suite…)