Mon dernier continent / Midge RAYMOND – Le livre de poche

Hello les lecteurs ! Je vous retrouve avec ce roman qui vient tout juste de paraitre en format poche, chez les éditions Le livre de poche (que je remercie pour cette découverte!).

Résumé : Tous les ans, Deb Garner et Keller Sullivan se retrouvent amoureusement en Antarctique pour étudier les manchots empereur et les Adélie. Mais cette année Keller n’est pas à bord du Cormoran, le ferry qui conduit Deb à la station de recherches. Peu de temps après avoir levé l’ancre, le navire se détourne pour porter secours au bateau de croisière, l’Australis menacé par les glaces.

J’ai tout de suite été emballée par le résumé du livre : une histoire d’amour compliquée, mais surtout le lieu du récit: l’Antarctique, dernière terre sauvage du globe. Cela a toujours été un continent qui m’a attiré, j’ai beaucoup de livres documentaires sur le sujet chez moi, et notamment sur la faune animale. J’avais donc hâte de débuter cette lecture, et je dois dire que dès les premières pages je savais que j’allais l’aimer. Il y a certains livres où l’on apprécie la plume de l’auteur dès les premières lignes, où la lecture se faire fluide, et où l’on ressent toutes les émotions que l’écrivain à voulu retranscrire sur le papier… C’est tout à fait ça avec ce roman, je ne sais pas vraiment comment l’expliquer, mais je savais dès le départ que j’allais tomber en amour avec « Mon dernier continent ».

Il est vrai que, dès le départ, nous savons qu’un événement tragique va arriver : chaque chapitre commence par « 2 ans avant le naufrage… », « 1 an avant le naufrage… », pour arriver à « 1 jour avant le naufrage ». Il y a parfois des retours en arrière (20 ans avant le naufrage), où on en apprend davantage sur la vie du personnage principal, et comment elle en est arrivée à faire ses voyages au cœur du Pôle Sud. Cette chronologie funeste ne m’a pas dérangée, je trouve que cela garde le lecteur en haleine, et j’avais hâte d’arriver au bout de ma lecture afin de connaitre le dénouement de l’histoire.

J’ai également aimé les détails du quotidien en terrain polaire, la rudesse du climat, la splendeur des couchers de soleil, qui s’éternisent en ligne d’horizon. La beauté des paysages est parfaitement décrite par l’auteure, je me voyais moi aussi sur la glace, près de Deb, à compter les manchots Adélie. Je ne lisais pas un livre, j’étais AVEC eux. On retrouve par ailleurs de nombreuses anecdotes d’explorations survenues sur le continent : des découvertes, des hommes perdus au milieu des glaces, et parfois même des expéditions aux destins tragiques.

Je me suis beaucoup attachée aux personnages, dont deux sont mis en avant dans ce roman : Deb et Keller. C’est Deb qui raconte l’histoire, son histoire. C’est une jeune femme sensible, qui s’est toujours sentie un peu « à part », et qui n’a jamais trouvé l’homme qui saurait la faire chavirer. D’ailleurs, des hommes, elle n’en a connu que très peu. Puis un jour, elle rencontre Keller, lors d’une expédition dans le grand Sud. Il y a quelque chose en cet homme qui l’attire, et puis tout se fait naturellement… Le retour à la vie civilisée ne va pourtant pas se passer comme prévue… Parviendront-ils à consolider leur couple naissant, Keller est-il vraiment prêt pour une nouvelle histoire d’amour ? De nombreux questionnements qui alimentent le récit sans l’alourdir, et dont les réponses nous parviennent grâce à plusieurs flash-back.

Petit moins : Ces allers-retours entre le passé et le « presque » présent sont très nombreux et m’ont parfois un peu déstabilisé, surtout si on lit le livre en plusieurs jours. On s’y perd parfois, surtout au départ lorsque l’on est pas encore habitué .
Concernant les anecdotes d’expéditions, j’ai été un peu déçue d’apprendre qu’elles avaient été « inventées » par l’auteure. J’aurai aimé davantage de réel, mais dans ce roman tout est fictif.

Petit plus : la portée écologique du roman. A travers ses personnages, l’auteure nous fait passer un message important, celui de la destruction de la nature par les humains. Et sur l’impact du tourisme en milieu sauvage.

Une très belle lecture, que je vous recommande chaudement. Si vous aussi vous aimez les terres australes, plongez dans ce livre !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *