Le livre perdu des sortilèges – Déborah Harkness

Bonjour les mordus de lecture ! On se retrouve aujourd’hui avec mon premier gros coup de cœur de l’année, pour le premier tome de la trilogie du livre perdu des sortilèges, de Déborah Harkness. Les 3 livres de la saga étant dans ma pal depuis plus d’un an, j’ai décidé de me lancer dans la lecture de ces gros pavés (plus de 800 pages pour celui-ci), sur les conseils de plusieurs copines insta. Grand bien m’en fasse car c’est une tuerie !

img_20190203_163807_5091176793495978677944.jpg

Résumé éditeur

Diana Bishop a renoncé depuis longtemps à un héritage familial compliqué pour privilégier ses recherches universitaires, une vie simple et ordinaire. Jusqu’au jour où elle emprunte un manuscrit alchimique : l’Ashmole 782.
Elle ignore alors qu’elle vient de réveiller un ancien et terrible secret – un secret convoité par de nombreuses et redoutables créatures. Dont Matthew Clairmont.
Un tueur, lui a-t-on dit. Malgré elle, Diana se retrouve au cœur de la tourmente.

Mon avis

J’appréhendais beaucoup de me lancer dans un roman bitlit, n’étant pas du tout fan de ce style, souvent trop YA. Ne vous y trompez pas, ici ne n’est pas le cas ! Le livre perdu des sortilèges est extrêmement bien écrit, le langage employé y est soutenu (les personnages principaux sont tous universitaires et titulaires d’un ou plusieurs doctorats), nous nous trouvons bien dans un roman ADULTE.
Les côtés historique et scientifique sont très présents, et bien documentés : on sent que l’auteure a fait de nombreuses recherches sur le thème de la sorcellerie, du vampirisme… sur les codes et la naissance de ces légendes. J’ai découvert de nombreuses choses sur les sorcières et sur l’Alchimie, élément majeur que le lecteur retrouvera tout au long de premier tome (et de la suite de la saga très certainement).

Un premier tome qui pose l’atmosphère, l’histoire des familles Bishop et Clairmont, mais également l’intrigue. Celle-ci n’est pas des plus originales, mais l’écriture de Déborah Harkness lui donne de l’ampleur. Il n’y a pas énormément de rebondissements, les informations arrivant au compte gouttes au fil des pages. La lenteur du récit ne m’a pas du tout dérangé, j’ai véritablement aimé prendre mon temps. Les évènements sont très détaillés, ce qui permet au lecteur de s’immerger complètement dans l’univers froid et aseptisé de Diana et Matthew.

Parlons des personnages justement ! J’ai vraiment accroché avec les deux personnages principaux qui sont très matures, posés et réfléchis.
Diana tout d’abord est une jeune femme studieuse et peut être un peu trop sérieuse au début du roman. Elle connait le poids que représente sa famille dans le monde des sorciers, et le rejette totalement. Elle souhaite être « comme les autres » et vivre une vie simple et rangée. J’avais parfois limite l’impression que j’aurai pu la croiser à la bibliothèque de la fac, que c’était une humaine « normale », et cela m’a fait me poser des questions existentielle  » non mais peut être que mon pote Romain c’est un démon en fait? Ils cachent bien leurs jeux dit donc… » bon ok je blaque, mais c’était presque ça.
Au travers de ce récit pour le moins très réaliste (les protagonistes vivent dans notre monde, à la même époque que nous) Diana rencontre rapidement Matthew, vampire qui parait impassible et distant, voir dangereux (ses proches lui disent de se méfier de lui). Bizarrement, j’ai eu du mal à me dire que c’était un vampire qui a traversé les âges (il a 1500 ans tout de même !), il fait très « humain ». L’attraction est forte entre les deux créatures, et une romance nait petit à petit, jusqu’à devenir incommensurable : leurs deux vies sont liées pour toujours. Cette romance est très présente dans la deuxième partie du roman et cela m’a un peu fait penser à l’amour entre Jamie et Claire de Outlander : des sentiments matures et indéfectibles. Bref j’ai bien apprécié découvrir cette passion un peu old-school et tradi 🙂 et suivre l’évolution de leurs personnalités.
Les personnages secondaires sont également très intéressants et complexes, chacun ayant un rôle important dans cette histoire. Tensions, incompréhensions et acceptations vont accompagner la rencontre des deux familles de créatures très caractérielles.

Un roman dense et bien construit, qui m’a complétement transportée ! Je renoue avec le plaisir de lire un bon pavé pleins de détails et de longueurs (mais des bonnes longueurs, pour lesquelles on prend le TEMPS de lire !). Je vous le conseille à 100% et j’ai hâte de lire la suite !

matthew_and_diana_by_cmedv_d7ys2e5-pre
Illustration trouvée sur DeviantArt

7 thoughts on “Le livre perdu des sortilèges – Déborah Harkness

  1. J’ai également adoré ce premier tome. Et comme tu dis, cet amour old school est vraiment sympa 😀 Je n’ai pas lu le 2 et maintenant ça fait un peu loin ha ha 😂
    Et toi tu vas le lire à la suite ?

  2. C’est vrai tu as raison la Bit-Lit est souvent un peu trop Young Adult, alors que nous aussi les « adultes » on aime ça la Bit-Lit :p
    En tout cas 800 pages wahou effectivement ça peut faire peur lol je ne connaissais pas du tout cette saga, alors que pourtant j’aime bien ce type de livre, je vais la mettre en wishlist 😉

Répondre à White Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *