La nouvelle Arche, épisode 1 | Julie de Lestrange

Bonjour à tous ! Je viens de terminer ce roman, premier tome d’une saga science-fictionnelle (j’invente de mots ?) écrite par l’auteure Julie de Lestrange, que vous connaissez peut être pour son diptyque Hier encore c’était l’été et Danser encore. Il me semble que c’est donc son premier roman du genre dystopie, genre que j’affectionne particulièrement. Vous l’aurez compris : une saga + un roman d’anticipation, il ne m’en fallait pas plus pour me perdre corps et âme dans cette lecture. Voici ma chronique.

Résumé éditeur

Spécimen : enfant maintenu en gestation artificielle pendant quinze années. Donne naissance à un membre actif et productif de la Communauté.
Mathilde est l’une des premières. Aujourd’hui âgée de 20 ans, elle s’occupe des futures générations qui grandissent au Centre. Comme elle, ces spécimens n’auront pas d’enfance. Comme elle, ils naîtront, prêts à se battre, pour affronter l’ennemi invisible qui terrorise leur Communauté.
Aussi, lorsqu’un mal étrange frappe certaines unités, Mathilde cherche à tout prix le moyen de les sauver. Et ce qu’elle découvre pourrait bien remettre en cause sa propre humanité.

Mon avis

Mathilde est une jeune fille de 20 ans, vivant dans un pays détruit par la guerre. Une sorte de micro-Etat appelé « Communauté », créé il y a environ soixante dix ans, par les générations antérieures fuyant l’ennemi. Cet ennemi, personne ne le connait vraiment. Les informations le concernant n’ont pas été transmises aux nouvelles générations, comme s’il fallait absolument oublier cette partie de l’Histoire. L’ennemie est pourtant virulent, empêchant tout habitant de passer la frontière et lançant régulièrement des attaques sanglantes à l’encontre des habitants. A cause de cela, les citoyens comme Mathilde vivent et travaillent principalement dans des souterrains afin de se protéger des terribles raids aériens.

La jeune femme est née il y a tout juste 10 ans, elle en a pourtant 20 aujourd’hui. Comme des milliers d’autres jeunes de son âge, elle est restée « spécimen » en gestation durant 10 années, grandissant dans un utérus de verre à l’abri des dangers du quotidien. La raison : toutes les femmes du pays ont attrapé un virus qui les empêchent de mener à terme une grossesse (ça ne vous rappellerait pas La servante écarlate de Margaret Atwood ?). La Communauté tente ainsi de conserver un taux de natalité important, afin de régénérer et défendre sa population.

Nous rencontrons donc Mathilde, personnage principal du roman. Elle est accompagnée par une bande d’ami qu’elle considère comme sa véritable famille puisqu’ils vivent ensemble au « Centre » (une sorte de pension écolière) depuis leur naissance. Matthew se forme pour devenir militaire, Marc est un pro en informatique et Marie, la rêveuse du groupe, souhaite devenir psychologue. Mathilde, elle se destine à travailler au Centre en tant que chercheuse, au plus près des Spécimens. Quatre profils très différents, qui ne les empêchent pas d’être soudés. Je me suis beaucoup attachée au personnage de Mathilde, qui évolue au fil du roman et de ses découvertes. D’une personnalité un peu lisse et conformiste, elle ouvre les yeux sur le monde qui l’entoure et affirme son caractère et ses opinions. J’ai été moins emballée par les autres personnages, qui sont moins développés. (Peut-être davantage dans le prochain tome ?). J’ai par ailleurs apprécié ceux d’Henri et des parents de Mathilde, qui sont touchants et dégagent une grande bienveillance à son égard.

La question de la fertilité des femmes est encore une fois au premier plan, s’attaquer aux générations futures devient une puissante arme de guerre. La question de l’éthique dans cette quête de croissance de natalité est très importante ici et pose plusieurs interrogations : à partir de quand acquière t-on une conscience ? A quel moment devient-on Humain ?

Le dernier point qui m’a beaucoup plu c’est le côté anticipation et dystopie, qui, personnellement, m’a plutôt rappeler de sombres heures de notre passé : les expériences scientifiques sur des humains, afin de les rendre « meilleurs » (plus forts, plus résistants, en meilleure santé…). Bref, vous voyez le rapprochement….

Un premier tome qui m’a vraiment ravie ! J’ai aimé la lenteur du récit, l’auteure prend le temps de décrire avec précision les lieux, les ambiances, les sensations… J’ai été happée par cette lecture, et j’ai hâte de découvrir la suite ! Mon petit doigt me dit qu’elle devrait arriver prochainement dans ma boite aux lettres #joieintense !!!!


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *