La délicatesse du homard / Laure MANEL – Le livre de poche

Alerte coup de coeur !
J’ai eu la chance de découvrir ce magnifique roman de l’auteure Laure Manel (merci les éditions Le livre de poche !). Dubitative au premier abord (je ne suis pas très fan des histoires d’amour, souvent un trop peu cucus la praline), j’ai été transportée par la rencontre d’Elsa et François dès les premières pages du livre, au point d’y penser constamment dès que je le reposais (oui, des fois il faut que je m’occupe de mon fils lol)

>La délicatesse du homard
Le livre de poche – mai 2017
345 pages – 7€70 ttc (France)

Résumé : François, directeur d’un centre équestre en Bretagne, découvre, lors d’une promenade à cheval sur la plage, une jeune femme inconsciente au pied d’un rocher. Plutôt que d’appeler les secours, il décide sans trop savoir pourquoi de la ramener chez lui pour la soigner. À son réveil, l’inconnue paraît en bonne santé, mais peu encline à parler. Elle déclare s’appeler Elsa mais refuse de répondre à tout autre question. Commence alors entre le célibataire endurci et cette âme à vif une étrange cohabitation, où chacun se dévoile peu à peu à l’autre sans pour autant totalement révéler les secrets qui le rongent.

Ma principale réticence à lire des romans d’amour (ou type new romance, genre, publication de chez Hugo Roman) c’est que souvent les histoires sont trop faciles ou naïves. Ici ce n’est pas le cas, et pourtant on pourrait le penser en découvrant le pitch : François, homme bourru de 37 ans, accueille chez lui Elsa, jeune femme de 32 ans, sans rien savoir d’elle (même pas son prénom). Il lui offre l’hospitalité sans lui poser la moindre question. Cucu ? Non, car François à totalement conscience que ce qu’il est entrain de faire est insensé :

Je me demande quand même combien de temps ça va durer cette galère. surtout, je me demande pourquoi je la garde chez moi. C’est vrai quoi, ce n’est pas trop dans mes habitudes de faire des trucs comme ça, de me la jouer abbé Pierre et d’offrir l’hospitalité à une illustre inconnue. Pourquoi je fais ca, alors ? Par pure bonté d’âme ? Par intérêt ? Certainement pas par intérêt: j’ai quoi à gagner ? A part des emmerdes, rien. Alors je m’interroge sur le côté insensé de mes actes. (p27)

J’ai également beaucoup aimé la construction de ce roman à deux voix : celles de François et Elsa. A chaque chapitre un des deux personnages prend la parole pour exprimer son ressenti sur la situation, à la manière d’un journal intime. Il y couche ses sentiments, et dévoile petit à petit sa propre histoire, son passé douloureux. Car oui, il se sont bien trouvés ses deux là, aussi tourmentés l’un que l’autre par des circonstances tragiques qui sont survenues il y a plusieurs années et qui leurs ont forgé une carapace bien épaisse…
La force de ce livre est aussi, selon moi, de ne pas avoir dévoilé dès le départ ce qui tourmente chaque protagoniste : l’auteure nous tient en haleine, en nous laissant découvrir d’infimes indices au fil des chapitres, qui nous permettrons de comprendre en fin de lecture la raison de la fuite d’Elsa, et celle du repli du soi de François.

J’ai adoré les personnages et les dialogues. Les personnages, tout d’abord: je n’ai pas pu m’empêcher de penser au roman d’Agnès Martin Lugand « Les gens heureux lisent et boivent du café » *que j’avais adoré. François et Agnès sont tous les deux des êtres fragiles, abimés par la vie. Je les ai trouvé très touchants, et cela grâce notamment à des dialogues bien construits (et drôles! surtout avec ceux de François).

On regarde les infos, concentrés. Enfin, elle, elle garde les yeux rivés sur le magazine. Alors, je lui pose une question:
– Vous aimez les chevaux, hein ?
-En fait, non.
Un vrai fiasco. Je crois qu’on n’est pas faits pour se parler elle et moi. Elle doit voir ma tête dépitée:
– Ce n’est pas que je ne les aime pas, c’est qu’ils me font peur. Je les trouve très beaux, mais… de loin.
Incroyable, elle a enchainé deux phrases complètes! Que de progrès!
-Ah… si ce n’est que ça… ça se soigne! dis-je en riant.
Elle ne sourit même pas. Un vrai flop
.

Ce roman a réussit à me tirer quelques larmes et pour cela je remercie chaleureusement l’auteure. J’ai passé un merveilleux moment de lecture, et suis triste de laisser François et Elsa… Un livre véritablement touchant, sincère et juste. L’écriture simple et fluide de Laure Manel m’a ému, et je lirai très certainement ses prochains romans.

3 thoughts on “La délicatesse du homard / Laure MANEL – Le livre de poche

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *