Cinder (Tome 1 Les chroniques lunaires) / Marissa MEYER – Pocket Jeunesse

Sans Spoiler !!
Je l’attendais tellement ce roman ! Et me voici enfin en possession des 4 premiers tomes de la saga Les chroniques lunaires, de Marissa Meyer. Ce livre est-il donc à la hauteur de mes espérances ? op, chronique !!

Résumé : À New Beijing, Cinder est une cyborg. Autant dire un paria. Elle partage sa vie entre l’atelier où elle répare les robots et sa famille adoptive. À seize ans, la jeune fille a pour seul horizon les tâches les plus ou moins dégradantes qu’elle doit accomplir pour ses sœurs et sa marâtre.
Mais le jour où le prince Kai lui apporte son robot de compagnie – son seul ami -, le destin de Cinder prend un tour inattendu. La forte attirance qu’éprouvent le beau prince et la jeune cyborg n’a aucune chance de s’épanouir, surtout que le royaume est menacé par la terrible reine de la Lune !

En premier lieu, il faut avouer que cette édition de Pocket Jeunesse est vraiment très réussie ! Rien que l’objet en lui même me faisait baver d’envie depuis plusieurs mois (les 4 tomes ensembles sont supers beaux), avec le titre écrit en relief, couverture sombre et jolies images énigmatiques. Bref, déjà un point positif.

   

Concernant le fond, de mon point de vue c’est une réussite. Je ne m’attendais pas à ce que cette histoire soit si « décalée » et futuriste. L’écriture de Marissa Meyer est simple (parfait pour du Young Adult) et le récit fluide. On s’imprègne rapidement de l’ambiance post-guerre nucléaire (la 4ème guerre mondiale ici), au sein de laquelle (sur)vivent en paix différents grands royaumes. La technologie est beaucoup plus avancée que dans notre époque, et les scientifiques arrivent à guérir certaines personnes en remplaçant des organes endommagés par des prothèses électroniques: ce fut le cas avec Cinder, qui est devenue une Cyborg suite à un accident de Hoover (les voitures de l’époque).
Le récit se passe dans un futur lointain, au sein de la Communauté Orientale (dans l’actuelle ville de Beijing) où règne le nouveau (et jeune) roi Kai.

Même si l’histoire diffère en beaucoup de points du conte initiale, on retrouve les principaux personnages de Cendrillon : une belle mère mauvaise et ses deux filles, une jeune fille abandonnée par son « père » (qui décède accidentellement), un prince charmant que tout oppose à Cendrillon. D’autres personnages inédits viendront se greffer à cette histoire, totalement remaniée par Marissa Meyer: par exemple, le peuple des lunaires, cruel et mystérieux et dont j’ai vraiment hâte d’en apprendre d’avantage dans les prochains tomes !

Petit point négatif : le côté très prévisible du roman. Il faut dire que l’on connait tous le conte de Cendrillon, donc on se doute bien un peu du truc (attention, la fin est différente de celle du conte initiale, et heureusement!). Cela ne m’a pas dérangé outre mesure, car le contexte diffère tellement de l’originel que je suis restée totalement captivée du début à la dernière page !

Une bonne surprise donc avec ce premier tome de la saga, j’ai hâte de la continuer (sachant que plusieurs personnes m’ont avoué que les tomes suivants sont encore mieux !). Le prince Kai sera t-il encore de la partie ? Une histoire d’amour va t-elle naitre entre ce dernier et Cinder ? Une guerre va t-elle se déclarer entre les terriens et les lunaires ? J’ai tellement envie de savoir la suite !!! Et surtout, quel sera le rôle de Scarlet (personnage principal du second tome) dans cette histoire ?

Extrait : – Je sais que le moment est horriblement mal choisi, mais croyez-moi, c’est une question de vie ou de mort. ( Il prit une grande inspiration.) Accepteriez-vous d’être ma cavalière au bal ?
Le sol se déroba sous les jambes de Cinder. Sa tête se vida d’un seul coup. Elle avait dû mal entendre.
Au bout d’un moment, Kai haussa les sourcils en un encouragement muet.
– J… je vous demande pardon?
Il s’éclaircit la gorge et se redressa.
– Je suppose que vous avez prévu d’aller au bal?
– Je… je ne sais pas. Enfin, non. Non, je regrette, je n’irai pas au bal.
Kai recula, décontenancé.
– Oh. Très bien… mais… peut-être pourriez-vous changer d’avis? Parce que je suis quand même… enfin…
– Le prince.
– Je ne cherche pas à m’en vanter, s’empressa-t-il d’ajouter.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *