Chanson douce / Leïla SLIMANI – Folio

« Chanson douce » : vous en avez forcément déjà entendu parlé, ce roman qui a remporté le Prix Goncourt en 2016. Je l’ai trouvé d’occasion ce week end, et malgré le fait que mon bébé commence l’assistante maternelle demain, j’ai voulu découvrir ce livre (oui je suis peut être un peu maso…). Et, comment dire … il est très addictif ! Voici mon avis.

Résumé éditeur : Lorsque Myriam, mère de deux jeunes enfants, décide malgré les réticences de son mari de reprendre son activité au sein d’un cabinet d’avocats, le couple se met à la recherche d’une nounou. Après un casting sévère, ils engagent Louise, qui conquiert très vite l’affection des enfants et occupe progressivement une place centrale dans le foyer. Peu à peu le piège de la dépendance mutuelle va se refermer, jusqu’au drame.

Je vais vous avouer quelque chose: lorsque j’ai trouvé ce roman chez easycash, j’ai lu la quatrième de couverture, et je n’ai pas du tout compris l’affaire ! J’ai vu que ça avait un rapport avec une nounou, je me suis dit  » ah cool, ça a l’air sympa ! »…. Et puis, de retour chez moi, j’ai lu la première ligne :

Le bébé est mort.

Okééééé, en effet, ça a l’air sympa ! C’est à ce moment là que j’ai commencé à avoir un peu peur. Je vous ai donc demandé votre avis sur instagram et les retours furent unanimes : « ne commence pas ce roman maintenant ! ». Pourtant, quelque chose d’imperceptible me murmurait de continuer, ce que je fus. Je rencontre donc Myriam et Paul, parents de Mila et du petit Adam. Myriam est mère au foyer depuis la naissance de son premier enfant. Plus les mois passent et plus cette jeune mère s’enferme dans une routine qui la déprime, et commence même à jalouser son mari qui travaille comme un forcené afin de faire vivre la famille. Elle aime ses enfants plus que tout, mais ne supporte plus n’être « qu’une » mère. Alors lorsqu’elle rencontre par hasard un ancien collègue de fac, qui lui propose du travail, l’occasion est bien trop belle : elle accepte.
Le couple rencontre Louise, assistante maternelle chaudement recommandée par plusieurs familles et, a priori, sans problèmes. Les enfants s’attachent très vite à elle. Elle cache pourtant une personnalité quelque peu instable…

Nous savons donc dès les premières pages qu’un drame particulièrement horrible va avoir lieu. Ce roman, c’est le chemin, l’histoire de Louise et de ce couple, qui conduira à ce terrible jour.
C’est un livre qui est très bien écrit. Grace à des chapitres courts, l’auteure parvient à amener un rythme rapide qui m’a rendu complètement addict dès le début du récit. L’ambiance est lourde, pensante, la tension est omniprésente. Le lecteur attend le détail qui fera basculer cette nounou parfaite dans un accès de folie meurtrier mais rien, ou presque, ne laisse présager d’un tel acte. La psychologie des personnes est bien décrite, l’auteure nous dévoilant au fil du récit les pensées les plus sombres et secrètes de Louise.

L’auteure nous expose également, à travers ce roman, un panorama de la société contemporaine, au sein de laquelle les parents délèguent l’éducation de leur enfants à une personne, parfois tout à fait étrangère, et dont en réalité ils ne savent presque rien. Aucun jugement n’est porté sur ce couple, ni sur sa manière de vivre. Moi même maman d’un petit garçon de 1 an, qui vient de commencer les journées chez l’assistante maternelle, je sais à quel point les journées peuvent passer à une vitesse folle (même si de mon côté, je me serais bien passé de la nounou si seulement j’avais pu rester avec mon fils plus longtemps 🙂 )

En résumé, je suis restée scotchée du début à la fin de ce roman ! Le thème de l’émancipation de la Femme m’a intéressé, et j’ai beaucoup aimé ce côté « thriller » qui n’en est pas un (haha, il faudra le lire pour comprendre cette phrase! ). Je suis très contente d’avoir pu enfin découvrir ce livre, je vous le conseille très fortement si vous aussi vous ne l’avez pas encore lu !

Nous ne serons heureux, se dit-elle alors, que lorsque nous n’aurons plus besoin les uns des autres. Quand nous pourrons vivre une vie à nous, une vie qui nous appartienne, qui ne regarde pas les autres. Quand nous serons libres.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *