La nouvelle Arche, épisode 1 | Julie de Lestrange

Bonjour à tous ! Je viens de terminer ce roman, premier tome d’une saga science-fictionnelle (j’invente de mots ?) écrite par l’auteure Julie de Lestrange, que vous connaissez peut être pour son diptyque Hier encore c’était l’été et Danser encore. Il me semble que c’est donc son premier roman du genre dystopie, genre que j’affectionne particulièrement. Vous l’aurez compris : une saga + un roman d’anticipation, il ne m’en fallait pas plus pour me perdre corps et âme dans cette lecture. Voici ma chronique.

Résumé éditeur

Spécimen : enfant maintenu en gestation artificielle pendant quinze années. Donne naissance à un membre actif et productif de la Communauté.
Mathilde est l’une des premières. Aujourd’hui âgée de 20 ans, elle s’occupe des futures générations qui grandissent au Centre. Comme elle, ces spécimens n’auront pas d’enfance. Comme elle, ils naîtront, prêts à se battre, pour affronter l’ennemi invisible qui terrorise leur Communauté.
Aussi, lorsqu’un mal étrange frappe certaines unités, Mathilde cherche à tout prix le moyen de les sauver. Et ce qu’elle découvre pourrait bien remettre en cause sa propre humanité.

Mon avis

Mathilde est une jeune fille de 20 ans, vivant dans un pays détruit par la guerre. Une sorte de micro-Etat appelé « Communauté », créé il y a environ soixante dix ans, par les générations antérieures fuyant l’ennemi. Cet ennemi, personne ne le connait vraiment. Les informations le concernant n’ont pas été transmises aux nouvelles générations, comme s’il fallait absolument oublier cette partie de l’Histoire. L’ennemie est pourtant virulent, empêchant tout habitant de passer la frontière et lançant régulièrement des attaques sanglantes à l’encontre des habitants. A cause de cela, les citoyens comme Mathilde vivent et travaillent principalement dans des souterrains afin de se protéger des terribles raids aériens.

La jeune femme est née il y a tout juste 10 ans, elle en a pourtant 20 aujourd’hui. Comme des milliers d’autres jeunes de son âge, elle est restée « spécimen » en gestation durant 10 années, grandissant dans un utérus de verre à l’abri des dangers du quotidien. La raison : toutes les femmes du pays ont attrapé un virus qui les empêchent de mener à terme une grossesse (ça ne vous rappellerait pas La servante écarlate de Margaret Atwood ?). La Communauté tente ainsi de conserver un taux de natalité important, afin de régénérer et défendre sa population.

Nous rencontrons donc Mathilde, personnage principal du roman. Elle est accompagnée par une bande d’ami qu’elle considère comme sa véritable famille puisqu’ils vivent ensemble au « Centre » (une sorte de pension écolière) depuis leur naissance. Matthew se forme pour devenir militaire, Marc est un pro en informatique et Marie, la rêveuse du groupe, souhaite devenir psychologue. Mathilde, elle se destine à travailler au Centre en tant que chercheuse, au plus près des Spécimens. Quatre profils très différents, qui ne les empêchent pas d’être soudés. Je me suis beaucoup attachée au personnage de Mathilde, qui évolue au fil du roman et de ses découvertes. D’une personnalité un peu lisse et conformiste, elle ouvre les yeux sur le monde qui l’entoure et affirme son caractère et ses opinions. J’ai été moins emballée par les autres personnages, qui sont moins développés. (Peut-être davantage dans le prochain tome ?). J’ai par ailleurs apprécié ceux d’Henri et des parents de Mathilde, qui sont touchants et dégagent une grande bienveillance à son égard.

La question de la fertilité des femmes est encore une fois au premier plan, s’attaquer aux générations futures devient une puissante arme de guerre. La question de l’éthique dans cette quête de croissance de natalité est très importante ici et pose plusieurs interrogations : à partir de quand acquière t-on une conscience ? A quel moment devient-on Humain ?

Le dernier point qui m’a beaucoup plu c’est le côté anticipation et dystopie, qui, personnellement, m’a plutôt rappeler de sombres heures de notre passé : les expériences scientifiques sur des humains, afin de les rendre « meilleurs » (plus forts, plus résistants, en meilleure santé…). Bref, vous voyez le rapprochement….

Un premier tome qui m’a vraiment ravie ! J’ai aimé la lenteur du récit, l’auteure prend le temps de décrire avec précision les lieux, les ambiances, les sensations… J’ai été happée par cette lecture, et j’ai hâte de découvrir la suite ! Mon petit doigt me dit qu’elle devrait arriver prochainement dans ma boite aux lettres #joieintense !!!!


Les mystères de Larispem | Lucie Pierrat-Pajot

Hello les lecteurs ! Comment allez vous ? Je vous ai préparé une petite chronique sur le premier tome des Mystères de Larispem, publié chez Gallimard Jeunesse (et en poche pour les deux premiers tomes). Un roman très original, à proposer aux lecteurs dès 12 ans.

(suite…)

L’explorateur |Katherine Rundell [lecture jeunesse]

Bonjour les lecteurs !

Je vous parle aujourd’hui d’un magnifique roman jeunesse, à proposer à tous à partir de 10 ans. Paru chez Gallimard jeunesse en avril 2019, et écrit par l’auteure Katherine Rundell, ce livre ravira les enfants mordus de lecture… comme leurs parents !

Résumé éditeur

Depuis son siège à bord d’un petit avion, Fred observe la mystérieuse forêt amazonienne s’étendre à perte de vue. Il rêve de devenir explorateur, de voir son nom figurer parmi ceux des grands aventuriers. Quand l’avion percute la cime des arbres, Fred se retrouve seul, au cœur de la jungle immense et sauvage, avec trois autres enfants, Connie, Max et Lila. Quelles sont leurs chances de survie si personne n’est à leur recherche? Ils ont pourtant le sentiment d’une présence. Quelqu’un était-il là avant eux?

Mon avis

Quatre enfants se retrouvent perdus au cœur de la forêt amazonienne, suite au soudain crash de l’avion qui les transportaient vers leurs familles. Livré à eux même, sans adulte, ils découvrent la vie en communauté. Ils vont devoir s’unir afin de survivre dans cette nature hostile : trouver des astuces pour se nourrir, construire des abris et se lier peu à peu d’amitié ! Cet ouvrage véhicule de très belles valeurs : l’entraide, la tolérance, le respect de la nature, l’amitié. Très optimiste, c’est un roman à mettre entres toutes les mains de nos jeunes !

La dimension écologique est également forte et bien amenée par l’auteure. Le lecteur pourra découvrir au fil des pages la faune et la flore d’amazonie (singe, paresseux, fourmis, abeilles…) et l’importance de cet écosystème. Cela m’a un peu fendu le cœur, lorsque l’on voit les dégâts des incendies qui se sont produits cet été à cet endroit même…

Les enfants vont rencontrés un mystérieux personne, un explorateur un peu loufoque et très grognon ! Les uns les autres vont lentement s’apprivoiser, le lecteur découvrant le passé de cet individu blessé par la vie.

En plus d’être très bien écrit, de magnifiques illustrations ornent les pages des premières pages de chapitres, ce qui rend l’ouvrage carrément irrésistible ! Je vous conseille vraiment cette lecture, qui m’a émerveillé en tout point, je me suis imaginé à 10 ans entrain de le lire 🙂 Bref, une très chouette découverte.

Trilogie « Les mondes d’Ewilan » de Pierre Bottero

Après avoir dévoré la trilogie « La quête d’Ewilan », me voici plongée dans la suivante intitulée « Les mondes d’Ewilan », saga constituée également de 3 ouvrages : « la forêt des captifs« , « l’oeil d’Otolep » et « Les tentacules du Mal« . Et c’est encore une fois un coup de coeur pour cette série jeunesse fantasy écrite par Pierre Bottero.

img_20190602_095643_2715728491037348252624.jpg (suite…)

Trilogie « La quête d’Ewilan » | Pierre Bottero

La quête d’Ewilan est une trilogie écrite par Pierre Bottero, publiée initialement chez Rageot Edition en 2003 (l’édition poche est chez Le livre de Poche). Elle comprend donc 3 romans : D’un monde à l’autre, Les frontières de glace, L’ile du destin.

img_20190512_193652_8668949456278167757057.jpg

Résumé

La vie de Camille, adolescente surdouée, bascule le jour où elle pénètre accidentellement dans un univers parallèle, nommé Gwendalavir. Elle ignore tout de ce monde où, pourtant, on semble la reconnaître sous le nom d’Ewilan. Accompagnée dans sa quête par son ami Salim, elle réalise qu’elle possède un don prodigieux et que tout un peuple l’attendait pour reconquérir sa liberté et sa dignité. Camille doit vite apprendre à maîtriser son pouvoir, l’art du Dessin…

Mon avis sur cette trilogie

Cette saga m’était encore inconnue il y a quelques semaines. Aujourd’hui, comme je regrette de ne pas l’avoir lu plus tôt ! Ces romans sont une bouffée d’air frais, l’univers est riche et bien développé, et on devient très rapidement accro ! J’ai lu les trois tomes en quelques jours…

Nous faisons rapidement connaissance avec Camille et Salim, deux amis que tout oppose… ou presque. L’une habite dans une riche famille d’accueil, l’autre dans une tour de cité. La différence s’arrête ici, puisque chacun est parcouru par la même joie de vivre, les mêmes valeurs. L’amitié qui les lie est puissante, si puissante que lorsque Camille découvre l’existence d’un monde parallèle, Salim n’hésite pas une seconde à la suivre dans l’aventure ! Il faut dire qu’il n’a pas vraiment d’attaches dans son monde, adopté par sa tante qui ne se soucie pas de lui, sa seule vraie famille, c’est Camille. Ils vont découvrir tous les deux cet univers incroyable, peuplé de créatures toutes plus féroces et fantastiques les unes que les autres. Il feront bientôt la rencontre d’Edwin le guerrier, Maniel et Bjorn les chevaliers, Ellana la marchombre, Duom Nil’Erg le vieille analyste… J’avoue avoir été un peu déstabilisé en abordant tous ces prénoms, noms de lieux, noms de bestioles… à consonances étranges (un peu bretonnes non ?). Mais je m’y suis faite, et j’ai trouvé cela plutôt poétique.

Les personnages sont très attachants et différents. Chacun a sa personnalité, et apporte une compétence dans cette quête pour retrouver les sentinelles figées. Ma préférence va à Salim, toujours de bonne humeur, drôle, touchant. J’ai trouvé que Camille (Ewilan de son vrai prénom) était parfois un peu sèche avec lui, même si l’on sait qu’ils sont dévoués l’un envers l’autre. Edwin est aussi un personnage qui a touché mon petit cœur d’artichaut. L’amitié, le dévouement, le sens de la famille, le partage ou encore la tolérance sont des notions au cœur de ces romans. De biens belles choses à transmettre à la nouvelle génération de lecteurs 🙂

J’ai beaucoup aimé voyager au sein de Gwendalavir. Le lecteur traverse différentes contrées et rencontres plusieurs peuplades : les faëls, les frontaliers, les Raïs, les Ts’liches… certains sont des amis, d’autres non. Le danger est partout, les rebondissements nombreux, je ne me suis pas ennuyée une seule seconde !

cartegwendalavirye9

Une lecture pleine de poésie et de fantasy, que je vous conseille de découvrir si vous ne connaissez pas encore cet univers. Je viens d’acheter les 3 tomes suivants de la saga « Les mondes d’Ewilan » que j’ai d’ors et déjà commencé. Un véritable coup de cœur, que vous pouvez également faire découvrir à des enfants, vers l’âge de … 10 ans (?, je ne suis pas spécialisée, dites moi ce que vous en pensez ?). A lire !

Les royaumes du Nord – tome 2 | BD de Stéphane Melchior & Clément Oubrerie

Connaissez-vous la trilogie jeunesse, écrite par Philip Pullman, A la croisée des mondes ? (si ce n’est pas le cas, découvrez là en cliquant juste ici !). Je vous avais présenté il y a quelques mois le tome 1 de la version graphique du premier ouvrage de la saga culte de l’auteur (juste là), et me voici en possession miraculeuse (plusieurs mois d’attente en bibliothèque pour l’avoir 🙂 ) du deuxième volet !

(suite…)

Gardiens des cités perdues – Les Invisibles (tome 4) – Shannon MESSENGER – PKJ

Bonjour à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour parler de la saga Gardiens des cités perdues, et plus particulièrement du tome 4 qui vient de sortir (début novembre 18) en poche, chez les éditions Pocket Jeunesse.

Résumé éditeur : Finis les cours à Foxfire et les messages mystérieux envoyés par le Cygne Noir, Sophie rejoint enfin l’organisation clandestine à l’origine de sa création ! Accompagnée de Fitz, Biana, Keefe et Dex, elle quitte les Cités perdues pour Florence, où se trouve le premier indice qui la mènera jusqu’au repaire du Cygne Noir. Là-bas, la jeune fille espère en apprendre plus sur elle-même, mais aussi sur les Invisibles, le groupe de rebelles qui cherche à déstabiliser le monde des elfes.
Entre l’étrange épidémie qui décime les gnomes, l’évasion de Prentice, prisonnier d’Exil, à préparer, et la menace grandissante des ogres, la jeune Télépathe va devoir s’appuyer sur ses amis et se retenir de foncer tête baissée vers le danger ! Surtout que si de nouveaux alliés apparaissent, des traîtres sortent aussi de l’ombre… 

J’ai lu les trois premiers tomes cette année, et j’attendais donc avec impatience la suite en poche (oui, je me mets parfois des limites, et sur cette saga je me suis dis que j’attendais les sorties petit format). J’avoue avec eu au départ un peu de mal à me replonger dans l’histoire, certains personnages ne me revenaient pas (ils sont nombreux, surtout dans le groupe du Cygne Noir). Quelques chapitres avalés et me voila enfin dans l’ambiance si particulière développée par son auteure Shannon Messenger (saviez-vous qu’elle n’avait que 27 ans !!!). On retrouve donc les 5 héros de la saga : tout d’abord Sophie, plus mure et déterminée que jamais, et dont les sentiments pour un elfe (je ne dirai pas lequel) se précisent (bien évidemment, j’ai adoré ça, et je l’attendais depuis un bail !). Keefe, Dex et Fitz se chamaillent toujours autant, et vont chacun jouer un rôle déterminant (grâce à leurs talents respectifs) dans la découverte des mystères que cachent la société des Invisibles… Biana est un personnage toujours un peu effacé à mon sens, dommage. Deux nouveaux personnages intègrent ce petit groupe déjà bien soudé, sans que l’on ne sache encore quel rôle (peut être majeur) ils auront dans la suite de l’aventure.

Dans ce tome, nous voyageons au cœur de l’organisation du Cygne Noir et découvrons petit à petit les membres qui la compose. Les ogres sont de plus en plus présents, et menacent le monde elfique, ainsi que la société des gnomes. Même si j’ai beaucoup aimé l’intrigue de ce tome, je m’y suis parfois un peu perdue, ne me souvenant plus de certains éléments arrivés dans les tomes précédents (l’histoire avec le petit garçon disparu, l’enlèvement…). Quand on voit que ce lecture est conseillé pour des enfants à partir de 10 ans, je pense que c’est un peu hardu.

SPOIL Autre petit point noir, Exilium. J’avais hâte de découvrir cette école maudite, où tous les enfants terribles sont envoyés. J’ai été déçue, car en fin de compte il y a peu de moments où les cinq héros sont dans cette école, ils traversent leur scolarité avec une étonnante facilité, et parviennent même à rendre l’école meilleure (elle se transforme petit à petit grâce à Sophie en école presque parfaite). Trop facile ! FIN DU SPOIL C’est ce que je reproche parfois à cette saga, c’est que certains dénouement sont trop faciles, on se dit parfois « c’est tout ! »). En dehors de cela, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, je pense que c’est le tome que j’ai le plus apprécié car il est moins jeunesse et davantage ado.

les + : petit coup de coeur pour le personnage de Calla, la gnomide : attachante, juste et attentionnée ! Une perle. J’ai également beaucoup aimé la transformation de Keefe, sous ses airs de rigolo, il cache une sensibilité qui va être mise à rude épreuve dans ce tome… Gros + pour la fin (même si elle est légèrement prévisible), qui annonce un chamboulement majeur dans l’équilibre du groupe des cinq !

Les – : Des solutions à certains problèmes un peu faciles parfois…

Vous avez déjà lu cette saga ?

Elle s’empara d’Ella, de son oreiller et s’enroula dans sa couverture la plus épaisse. Puis, elle se dandina pour rejoindre la fenêtre, tel un burrito en peluche.
– Soirée pyjama à la fraîche !
Keefe s’esclaffa d’un rire franc. Après une seconde d’hésitation, il disparut à son tour avant de revenir équipé d’une couverture et d’un oreiller.
Le sol sur lequel ils étaient allongés était dur et froid, les problèmes qui les attendaient inimaginables.
Mais ils n’étaient pas seuls.
C’était toute la différence.

Les royaumes du Nord . 1 (Bande dessinée), d’après l’œuvre de Philip PULLMAN / Stéphane MELCHIOR et Clément OUBRERIE – Editions Gallimard

Bonjour à tous ! Il n’est pas commun que je vous parle BD car je n’en lis que très rarement. Il y avait pourtant ce bel album que je convoitais depuis plusieurs semaines, je vous en parle tout de suite ! (suite…)

Exil & Le Grand Brasier (Tome 2 et 3 – Gardiens des cités perdues) / Shannon MESSENGER – PKJ

Coucou toutes et tous ! Comment allez vous aujourd’hui ?
Je vous propose une chronique double, celle du tome 2 et 3 de la saga « Gardiens des cités perdues » ! Sans spoil (suite…)

Heartless / Marissa MEYER – Pocket Jeunesse

Je conseille de lire cette chronique si vous avez déjà lu le livre.

Je ne vais pas m’étaler sur ce livre… En voila une grosse déception, pour moi, fan des « chroniques lunaires » de Marissa Meyer.
Je pensais retrouver la même dynamique que dans les 5 romans de la saga fantastique de l’auteure (elle revisite ici le conte d’Alice au Pays des Merveilles), mais cela n’a pas été du tout le cas. (suite…)