Minute, papillon ! / Aurélie VALOGNES – Le livre de Poche

Terminé et adoré ! Quel bonheur de découvrir ce troisième roman d’Aurélie Valognes, qui vient tout juste de sortir en poche chez Le livre de Poche. Pour celles et ceux qui s’en souviennent, j’ai découvert l’auteure il y a quelques mois avec Mémé dans les orties (petit coup de cœur de 2017) et En voiture, Simone !. ET oui, je l’avoue, ce dernier m’avait un peu déçu, je n’avais pas retrouvé la folie et l’entrain de Mémé. Alors, qu’en est-il de celui-ci ?

Résumé : Rose, 36 ans, mère célibataire, est une femme dévouée qui a toujours fait passer les besoins des autres avant les siens. Après avoir perdu son père et son emploi, la jeune femme apprend que Baptiste, son fils unique de 18 ans, quitte la maison. Son monde s’effondre.
Cette ex-nounou d’enfer est alors contrainte d’accepter de travailler comme dame de compagnie pour une vieille dame riche et toquée, Colette, et son insupportable fille, la despotique Véronique. Et si, contre toute attente, cette rencontre atypique allait changer sa vie ?

Pour être claire de suite, je ne sais plus si Mémé est finalement mon préféré 🙂 J’ai tout aimé dans ce roman feel good, je le mets au même niveau d’amour que certains Kinsella de ma bibliothèque.
On y retrouve bien sûr la plume de Mme Valognes : de courts chapitres qui rythment la lecture, une écriture simple et fluide qui permet de mettre ce roman entres les mains de n’importe quel lecteur (même le plus novice), et un positivisme à toute épreuve. J’ai beaucoup aimé la dédicace de l’auteur, pour tous ceux dont un de ses livres fut le premier lu. Moi même, j’ai offert Mémé dans les orties 2 fois cette année, pour des personnes qui ne sont pas habituées à lire : j’étais certaine de ne pas me tromper, le livre parfait pour passer un bon moment de lecture !

Point fort du livre : aucun temps mort avec Minute, Papillon!, il y a un nouveau rebondissement dans chaque chapitre (donc il y en a beaucoup!), les pages défilent, on en apprends un peu plus sur chaque personnage, tous aussi loufoques les uns que les autres. Je me suis rapidement attachée à Rose et Colette, ces mamans parfaitement imparfaites. D’ailleurs cela m’a fait un peu peur, je ne savais pas qu’on devait laisser partir son fils un jour… Le mien restera avec moi POUR TOUJOURS haha

Un bon roman de feel good (bon ok, j’avais deviné la fin à la moitié du livre, mais bon, cela ne fait-il pas aussi partie de ce genre de littérature 🙂 comme un bon film girly, avec une happy end qui fait du bien). Je l’ai trouvé encore plus touchant que Mémé dans les orties : et oui, être maman c’est faire des erreurs, même si on essaie de faire du mieux que l’on peut.

Petite mention spéciale pour les dernières pages écrites par l’auteure pour sa maman : super émouvant, une magnifique déclaration d’amour !

Et le passage que je préfère : « Il y a quelques jours, mon grand Jules de quatre ans et demi, m’a montré son nombril et m’a demandé si moi aussi j’en avais un. Il était intrigué sur son utilité. Je m’apprêtais à lui répondre très terre à terre quand il m’a semblé plus beau de simplement lui dire : pour que tu gardes une trace de ta maman, toujours avec toi, même quand elle n’est plus là. »

Bref j’ai pleuré, et je pleure encore en écrivant ces mots. Oui je suis une madeleine…

 

Ma trop chouette dédicace
d’Aurélie dans mon livre 🙂

Et les goodies reçu avec mon livre ! J’adore

Le butin des 30 ans !

Ça yé les gars, j’ai 30 ans ! Loin d’être déprimée ou nostalgique (j’adore ma vie d’aujourd’hui), j’ai pu fêter ça tranquillement autour d’un brunch à la maison, entouré de mes amis. Et ouloulou, j’ai été trop gâtée en livres !!

Le secret, c’est d’avoir laissé trainé « par harsard » ma wish list pour que mon namoureux en prenne connaissance. Ainsi, il a pu la partager avec mes amis. Et oui, yen a la dedans ! 🙂

 

1 . Culottées – Editions Gallimard (pas dans la wish list, mais super contente de l’avoir eu en cadeau !)
2. Le livre perdu des Sortilèges (tome 1) – J’ai lu (j’avais déjà le tome 2 et 3 dans ma pal, je les avais trouvé d’occasion il y a quelques temps)
3. Cinder – Les chroniques lunaires – Tome 1 (j’avais tellement envie de commencer cette saga !! Me voici en possession de l’intégralité !)
4. Scarlett – Les chroniques lunaires – Tome 2
5. Cress – Les chroniques lunaires – Tome 3
6. Winter – Les chroniques lunaires – Tome 4
7. La tour des Anges – A la croisée des mondes – Tome 2 (j’ai adoré le tome 1, il me fallait absolument la suite !)
8. Le miroir d’Ambre – A la croisée des mondes – Tome 3

.

J’ai tellement hâte de commencer ces gros pavés ! Vous connaissez les chroniques lunaires ?

A la croisée des mondes : les royaumes du Nord / Philip PULLMAN – Folio Junior

C’est la première fois que je découvre un livre de Philip Pullman. Et oui, je n’avais encore jamais lu la trilogie A la croisée des mondes ! Je viens tout juste de terminer le tome 1, Les royaumes du Nord, et je dois dire que j’ai beaucoup aimé l’univers créé par l’auteur.

Résumé : Ce n’était pas une vie ordinaire pour une jeune fille de onze ans: Lyra vivait, en compagnie de son dæmon Pantalaimon, parmi les Érudits du Jordan Collège, passant ses journées à courir dans les rues d’Oxford à la recherche éperdue d’aventures. Mais sa vie bascule le jour où elle entend parler d’une extraordinaire particule. D’une taille microscopique, la Poussière – que l’on trouve uniquement dans les vastes étendues glacées des Royaumes du Nord – est censée posséder le pouvoir de briser les frontières entre les mondes, un pouvoir qui suscite effroi et convoitises… Jetée au cœur d’un terrible conflit, Lyra sera forcée d’accorder sa confiance aux gitans et à de terribles ours en armure. Et, lors de son périlleux voyage vers le Nord, elle devra découvrir pourquoi son propre destin semble étroitement lié à cette bataille sans merci où s’opposent des forces que nul ne l’avait préparée à affronter.

Pour être tout à fait honnête, cette lecture, c’était pas gagné d’avance ! J’ai eu beaucoup de mal avec les premiers chapitres, à rentrer dans l’univers fantastique du roman, à me familiariser aussi avec Lyra, le personnage principal de l’histoire, que je trouvais un peu prétentieuse. Je trouve qu’il y a, dans les premières dizaines de pages, beaucoup de termes techniques liés aux recherches de différents professeurs (sur la physique, astronomie…) mais également de nombreux noms à retenir (à l’orthographe bien biscornue bien évidemment !). Je me suis dis : ah oui, c’est un peu corsé pour une lecture « jeunesse », conseillée à partir de 10 ans. Et puis, au fur et à mesure des pages, l’atmosphère posée, je me suis laissée envahir par la magie de ce livre, qui enchainent les coups de théâtre et révélations inattendues !

Philip Pullman, dont je découvre ici la plume, nous emmène dans un monde semblable au notre (pour ce tome ci, car d’après ce que j’ai compris les suivants se déroulent dans un monde parallèle), peut être dans les années 1950 ou 60 (dirigeable, quelques voitures, vêtements d’époque… mais il diffère en plusieurs points quand aux habitants de cet univers. Les humains ont des « deamons », sortent de petits animaux magiques dont ils sont reliés depuis la naissance, et ce jusqu’à leur mort. Le monde parait divisé en plusieurs « royaumes » qui ressemble à nos pays (royaume de Norvège, Allemagne…) mais il y a une multitudes de différents peuples : Les tartares (un peu sauvages), les Gitans, et même un peuple d’Ours qui parlent et agissent tels des humains. J’aurai d’ailleurs aimé en savoir d’avantage sur certains peuples (tels les Tartares, les sorcières ou les créatures de falaises) mais peut être reviendra t-on dessus dans les prochains tomes ? En tout cas j’ai vraiment adoré cette ambiance envoutante, et les objets mystérieux (magiques ?) que l’on découvre au fil de l’histoire…

Alors oui, ce livre ne fait pas « trop » jeunesse, c’est donc un plaisir de le lire aussi adulte ! Et pourquoi pas une lecture commune avec votre enfant, ça c’est chouette ! en tout cas moi, j’ai déjà acheté la suite et il me tarde de connaitre le dénouement !

Pour aller plus loin :
il existe un film sur ce premier tome (A la croisée des mondes : la boussole d’or) sortie en 2007, avec Nicole Kidman, Eva Green, Daniel Craig… bref que du beau monde (je ne l’ai pas encore vu, mais il ne saurait tardé).
Une bande dessinée existe également, par Stéphane Melchior et Clément Oubrerie, publié chez Gallimard.

La valse des arbres et du ciel / Jean-Michel GUENASSIA – Le livre de poche

Voici un auteur que je ne connaissais pas du tout. Je remercie les éditions Le livre de poche de m’avoir proposé cette lecture, que j’ai dévoré en quelques heures.

Résumé : Auvers-sur-Oise, été 1890. Marguerite Gachet est une jeune fille qui étouffe dans le carcan imposé aux femmes de cette fin de siècle. Elle sera le dernier amour de Van Gogh. Leur rencontre va bouleverser définitivement leurs vies.
Jean-Michel Guenassia nous révèle une version stupéfiante de ces derniers jours.
Et si le docteur Gachet n’avait pas été l’ami fidèle des impressionnistes mais plutôt un opportuniste cupide et vaniteux ? Et si sa fille avait été une personne trop passionnée et trop amoureuse ? Et si Van Gogh ne s’était pas suicidé ? Et si une partie de ses toiles exposées à Orsay étaient des faux ?

Ce qu’il faut tout d’abord savoir avant de commencer cette lecture, c’est que ce roman est une fiction. Même si l’histoire se base sur des faits réels et de nombreuses recherches faites par l’auteur, ne vous attendez pas à lire une biographie de Van Gogh ou de Marguerite Gachet. Pourquoi mentionner cette dernière d’ailleurs ? Car l’écrivain à choisit ce personnage féminin pour narrer l’histoire des derniers mois de la vie du peintre hollandais. Et c’est une réussite.

J’ai tout de suite été happée par l’écriture simple et fluide de l’auteur: pas de chichis de figures de style, le roman se lit aisément et les pages défilent sans que l’on s’en aperçoivent. Même si les descriptions sont nombreuses (notamment de paysages ou de tableaux), elles n’en sont toutefois pas superflues, et nourrissent complètement le récit. Je m’imaginais aisément en ce début d’années 1890, à l’ombre des aulnes, sous un soleil de plomb, regardant passer main dans la main Marguerite et Vincent… J’ai eu plaisir à me replonger (grand plongeon puisque ça date d’il y a 10 ans, à la fac de Lyon…) dans cette époque propice au développement de plusieurs mouvements picturaux, dont les impressionnistes.

J’ai également beaucoup aimé la construction du roman. L’auteur mélange fiction et articles de presse et correspondances authentiques, « reproduits dans leur orthographe d’origine » (p13). Chaque court chapitre est donc succédé d’une lettre (entre Vincent et son frère par exemple) ou d’un article de presse de l’époque qui vient appuyé la véridicité (hypothétique) du récit.

Petit moins du roman : à l’attention de l’éditeur 🙂 je me suis surprise à plusieurs reprises à chercher sur le net les reproductions des œuvres dont l’auteur parle tout au long du livre (le portrait du Docteur Gachet par exemple, en photo de ma chronique). J’aurai aimé quelques pages centrales, à l’instar du dernier Michel Cymes par exemple, au sein desquelles on aurai retrouvé des repros de différentes œuvres citées (que ce soit de Van gogh ou Pissaro, Cézanne, Guillaumin, Gauguin…).
De mon point de vu, il est peut être difficile pour un public non averti, qui ne connait pas du tout le sujet et le mouvement impressionniste de rentrer complètement dans l’histoire
. Pour ma part, ayant fait des études d’histoire de l’art, j’ai tout de suite accroché avec l’atmosphère de cette période: la misère des peintres (on reconnaitra leur talent bien plus tard), le système de « mécénat », l’amitié sincère entres certains artistes, mais aussi la rivalité au sein des Salons. Même si les articles de presse permettent tout de même de se familiariser avec les grands événements ou avancées de l’époque (droit des femmes, inauguration de la tour Eiffel, réputation de tel ou tel artiste…).

La dernière page du livre (la « note de l’auteur ») permets de mettre en parallèle l’histoire qui nous est narrée et les faits établis par les chercheurs historiens de l’art. Une note finale indispensable, qui m’a d’autant plus fait apprécier ce roman et le point de vue de l’écrivain.

Depuis cette lecture, je me suis procuré Le Club des incorrigibles optimistes, du même auteur (livre qui a des critiques très positives) et j’ai vraiment hâte de le commencer !

10 cadeaux à offrir à un bibliovore !

Voici un article pour toutes celles et ceux qui ont des amis passionnés de lecture ! En panne d’idée cadeau pour l’anniversaire de Paulette ? Une soirée chez Bernadette et vous ne voulez pas arriver les mains vides ? Voici quelques idées toutes simples et à petits budgets, qui raviront, j’en suis sure, votre BFF bibliovore !

1. Des marques pages
Le marque-page, c’est l’accessoire indispensable pour accompagner nos heures de lecture ! Alors, si vous êtes comme moi, vous vous contentez peut être du moindre papier, ticket de bus, places de concert ou même votre CB (oui oui ça marche pas mal, comme ça on l’a tout de suite sous la main pour acheter un bouquin sur un coup de tête #onsentlevécu) … mais c’est tellement plus agréable d’avoir un beau MP entres les doigts 🙂
Voici 2 liens de créatrices qui me plaisent beaucoup (cliquez dessus pour accéder à la page) :
Chez EllaineIllustration / le royaume du MP et il y a du Outlander *coeur coeur*
Chez Didisbookmarks / coup de coeur pour ses MP bookstagram, j’adore !

2. Des serres livres originaux
A Noël j’ai eu un super cadeau par ma sœur, un serre livre super beau (sur le thème du livre), trouvé sur amazon. J’adore ! ça permet de décorer sa bibliothèque, et faire de supers photos pour ton compte instagram 🙂 entre 14 et 20€.

sur amazon / 19,99 €        

3. Des éditions collectors de livres
Et pourquoi pas une édition spéciale de son livre préféré ? Je dis OUI !!
Les maisons d’édition font souvent des éditions collectors ou des coffrets de best seller. C’est le cas par exemple de la saga Harry Potter (des tonnes d’éditions différentes, mais en a t-on jamais assez ?!), des Jane Austen, de Zafon récemment, des coffrets Bridget Jones, Ken Follet ou encore The book of Ivy. Mais attention, le prix peut également être très joli (compter par exemple 40€ pour un coffret Jane Austen / pour 3 romans à l’intérieur)… pour les éditions collector simple, généralement le prix est le même qu’une édition classique. Ouvrez l’œil chez votre libraire aux alentours de noël, il y a souvent de belles couvertures.

        

4. Une pochette protège livre
Si ton amie livrivore fait partie de la team maniaque du livre (comme moi 🙂 ), elle aura forcément besoin d’une ou plusieurs pochettes pour protéger ses livres qu’elle trimbale un peu partout.
Mes préférées sont celles de LaFéécequLveut, on peut choisir la dimension de la pochette livre, son tissu extérieur et intérieur. Et le prix est tout doux 🙂
Et il y a même des pochettes pour les tablettes ou des trousses pour ranger tous ses marques-pages !
Cliquez ici pour accéder à la boutique de Lucie qui fait des supers pochettes !

5. Un mug
Un petit café, thé ou même verveine (comme moi la mémé) ne serait pas de refus ! Qu’il est agréable de lire avec sa tasse toute fumante durant de longues heures d’hiver… Cocooning quand tu nous tiens !
Un mug c’est chouette, mais un mug sur le thème de ton livre préféré c’est trop la classe ! Ma tasse fétiche est celle créée par Magoandsalt et vendue par le site Society6 (clic clic pour y accèder), je l’aime d’amour mon mug Outlander ! J’ai eu également à Noël une fabuleuse tasse Harry Potter : la carte du maraudeur apparait lorsque l’on verse du liquide chaud à l’intérieur (shoppée sur amazon / 12€) ! Et vous, c’est quoi votre mug préférée ?

6. Un journal de lecture
Il y a quelques temps, j’ai craqué pour un journal de lecture. Cela permets de noter toutes les lectures, avec des petits résumés, ce que l’on a aimé, détesté, et une note globale pour le livre lu. En photo, le journal de lecture que j’ai (il est en anglais) que j’ai shoppé il ya deux ans sur amazon.

7. Un abonnement à une box livresque
J’avoue n’avoir encore jamais tenté l’aventure box littéraire, j’aime trop pouvoir choisir les lectures, et j’ai peur d’être déçue (mon budget livres n’étant tout de même pas hyper élévé ces temps ci)… Mais j’avoue que quand je vois le contenu de certaines box sur les comptes de bookstagrameuses, je regrette un peu 🙂 Je me souviens avoir crevé de jalousie lorsque j’ai vu le contenu de la box Mille et un livres, avec une housse de coussin Outlander ( voir voici la photo chez LadyChantilly).
La plus connue des box est la KUBE, qui vous permets de recevoir un livre chaque mois, en fonction de vos gouts littéraires, et accompagnés de plusieurs goodies (entre 15 et 23€ la box *hors frais de port).

8. Des pops de ses séries préférées pour décorer sa bibliothèque
En voila une chouette idée (dixit la fille qui aimerait qu’on lui en offre plus souvent !). Des pops se sont des petites figurines a l’effigie de héros de série et films (et donc d’adaptation littéraire). On y retrouve de nombreuses statuettes de la saga littéraire Harry Potter, mais aussi Outlander (presque toutes sold out snif), Les enfants particuliers, Hunger game, Game of Thrones, Le Hobbit… bref, de quoi égayer ta bibliothèque !

9. Un tote bag pour emmener ses livres partout
Un tote bag c’est pratique car ça se glisse dans ton sac à main, ni une ni deux, op, tu dégaines ton tote et le remplis à ras bord de livres fraichement dégotés à la librairie du coin (oui, car toi aussi tu craques souvent, et de manière totalement compulsive).
Alors quand tu trouves un tote bag sur le thème du livre, tu dis WHAOUU : trop tendance, trop In, trop toi !(je m’enflamme). J’ai récemment découvert les créations de Bambouchic (Lien ici pour voir le tote ) qui fait un beau tote à 12€.

10. Un plaid tout doudou
Oh ouiii un plaid tout doudou, pour se caler dessous lors des longues soirées d’hiver ! Vous pouvez en trouver partout, et pour tous les prix, de toutes les longueurs, le choix est vaste ! Mais fait toujours plaisir (j’en ai genre 5 rien que dans mon salon 🙂 ) !!

Hippocrate aux enfers / Michel CYMES – Le livre de poche

En voici un livre dont la lecture ne laisse pas indifférent. Nous connaissons tous Michel Cymes, médecin et animateur tv dont l’humour à fait la popularité du Magazine de la santé qu’il co-anime depuis 1998. Nous le retrouvons ici en tant qu’écrivain, et avec un sujet qui le hante depuis de longues années…

« J’ai toujours voulu écrire ce livre. […] La vérité est pire que ce que j’imaginais. »

résumé : C’était là.
C’est là que tant de cobayes humains ont subi les sévices de ceux qui étaient appelés « docteurs », des docteurs que mes deux grands-pères, disparus dans ce sinistre camp, ont peut-être croisés.
Je suis à Auschwitz-Birkenau. Là, devant ce bâtiment, mon cœur de médecin ne comprend pas. Comment peut-on vouloir épouser un métier dont le but ultime est de sauver des vies et donner la mort aussi cruellement ? Ils n’étaient pas tous fous, ces médecins de l’horreur, et pas tous incompétents. Et les résultats de ces expériences qui ont été débattus, discutés par des experts lors du procès de Nuremberg ? Ont-ils servi ?

Ce livre est composé de portraits de « médecins » ayant commis de nombreuses atrocités durant la seconde guerre mondiale. Michel Cymes (dont on apprends dans les premières pages du livre que ces deux grands pères ont disparu en camps de concentration) pose plusieurs questions : ces médecins, qui étaient-ils ? Comment sont-ils passés de sauveurs de vie à tueurs en série ? Étaient-ils réellement fous ?
En voila un sujet intéressant. Ce livre destiné au grand public nous permets d’avoir une vision globale du thème abordé. Pas besoin donc d’être passionné d’Histoire pour suivre les événements décrits dans l’ouvrage, l’auteur de nous submerge pas de dates, il se focalise sur le sujet tout en le rendent accessible à n’importe quel lecteur.

Toujours dans cette optique, on retrouve en pages centrales des photographies (portraits de médecins, expériences, laboratoires…). Pour ma part, cela m’a aidé à m’immerger dans le contexte et j’ai pu ainsi mettre un visage sur les horreurs commises. Comment un homme, qui ressemble à tant d’autres, peut-il commettre autant de monstruosités ?

Cymes présente chaque médecin : sa jeunesse, son parcours scolaire, la façon dont il est arrivé à côtoyer le parti SS. Il parle des expériences menées par chaque individu (expériences réalisées afin d’aider l’armée allemande sur le front) mais ne tombe pas dans le sensationnel (il y a des descriptions, bien évidemment dont on imagine pas que cela à bien pu se produire, mais on ne tombe pas dans les détails scabreux).
Ne faisant pas partie d’un public averti sur la question, j’ai appris de nombreuses informations (à la fois captivantes et qui font froid dans le dos!) : saviez-vous par exemple que certains de ces médecins ont vu leurs peines allégées, parfois ceux-ci n’ont fait que quelques années de prison, et ont ensuite pu reprendre leurs activités en tant que praticien ? C’est effrayant…

J’ai tout de même une petite retenue sur cet ouvrage: comme il l’affirme d’ailleurs dans son livre, Michel Cymes n’est pas un historien et cela se ressent dans ce livre. Bien qu’intéressant, les faits sont tous tirés d’ouvrages publiés ultérieurement (exemple, les médecins de la mort). Les citations sont donc nombreuses, mettent en valeur le texte de M. Cymes, mais celui-ci n’apporte pas de recherches nouvelles. Si ce n’est la vulgarisation du sujet (de manière positive j’entends).
Cet aspect de notre histoire est tellement importante et le devoir de mémoire fondamental, je trouve donc très judicieux d’avoir écrit un livre permettant au grand public de connaitre les horreurs qui ont pu être orchestrées durant ce conflit, et ainsi je l’espère ne plus jamais les revivre.

Par amour / Valérie TONG CUONG – Le livre de Poche

Voici un roman que je n’aurai jamais lu si Le livre de Poche ne m’avait pas proposé de le découvrir, tant le sujet traité m’émeut (je me transforme en fontaine vivante à chaque fois !). Me voici donc plongée dans ce récit, suivant le quotidien de deux couples havrais et leurs enfants… (suite…)

Marina / Carlos Ruiz Zafon – Pocket Jeunesse

Alors que L‘ombre du vent a été sacré Coup de cœur 2017 par moi même, vous avez été nombreux à me conseiller Marina pour continuer de découvrir cet auteur Espagnol mondialement connu qu’est Carlos Ruiz Zafon (mais que je ne connaissais pas du tout il y a encore quelques mois ! J’ai pourtant fait espagnol deuxième langue, je comprends pas… lol).

Ni une ni deux, je me procure l’exemplaire de Marina (publié chez PKJ, décidément, les maisons d’éditions ne peuvent-elles pas se mettre d’accord pour publier l’ensemble de l’œuvre de l’auteur chez une seule d’entres elles ? Ça fait dépareillé dans ma bibliothèque nom de nom ! hashtag modemaniaquedulivre enclenché / Zafon est publié en poche chez PKJ, le livre de poche et pocket )

Ça parle de quoi ? Dans la Barcelone des années 1980, Óscar, quinze ans, a l’habitude de fuir le pensionnat où il est interne. Il est attiré par les vieilles résidences à l’abandon dans le quartier, vestiges d’un passé fastueux. Au cours de l’une de ses escapades, il fait la connaissance de Marina, qui vit avec son père dans l’une de ces demeures pleines de souvenirs. Fascinée par l’énigme d’une tombe anonyme, Marina entraîne son jeune compagnon dans le vieux cimetière de Sarrià. Qui est la femme voilée venant se recueillir devant cette pierre tombale sur laquelle est gravé un mystérieux papillon noir, sans aucune autre inscription? Óscar et Marina vont réveiller les protagonistes d’une tragédie vieille de plusieurs décennies…

Si vous aimez cet auteur, vous ne serez pas déçu par Marina. On reconnait dès les premières pages le style de Zafon, et l’on replonge dans une Barcelone d’après guerre, sombre et fantasmagorique. Les similitudes avec l’ombre du vent sont nombreuses : narration à la première personne, le personnage principal est un jeune homme de 15 ans, il découvre la ville et tombe éperdument amoureux d’une jeune fille secrète et mélancolique. Il va tenter de lever le voile sur le mystère qui recouvre un intriguant personnage, retombé dans l’oubli depuis plusieurs décennies. Au fil de son enquête et des différentes rencontres qu’il fera, l’énigme se dénoue petit à petit, dévoilant une fin surprenante et émouvante.
J’ai retrouvé dans ce roman la même atmosphère que dans l’ombre du vent, mais également les mêmes « mécanismes » de construction du récit. Même si je préfère L’ombre du vent, j’ai trouvé le dénouement de Marina plus inattendu. Il n’en demeure pas moins un très bon livre, qu’il est difficile de fermer en cours de lecture tellement les rebondissements sont nombreux, nous laissant sans cesse haletant et désireux de connaitre la suite.

J’ai toutefois été surprise du côté fantastique et surnaturel, auquel je ne m’attendais pas du tout ! Il faut dire que ce roman, publié en 1999 en Espagne, est destiné à la jeunesse (mais également aux plus grands, comme l’explique judicieusement l’auteur dans une « note de l’auteur » en fin de livre). L’histoire du savant fou donne un semblant de légèreté qui permet aux jeunes lecteurs de prendre du recul sur cette histoire.
J’ai été donc ravie de retrouver Carlos Ruiz Zafon avec ce roman, et j’ai hâte de poursuivre ma découverte avec, pourquoi pas, le jeu de l’ange.

PS: il y a une toute nouvelle édition de l’ombre du vent, version collector, chez Pocket (perso, je préfère l’ancienne couverture du Livre de poche, plus représentative du roman).  Et vous ?

Marina
310 pages / ISBN-13: 978-2221116524

Mes 10 sagas préférées

Hello les lecteurs ! Aujourd’hui un petit article pour vous présenter mes sagas préférées. Je ne lis presque QUE des sagas, j’aime suivre les personnages au fil des tomes, les voir évoluer, les découvrir au sein d’une nouvelle aventure ou d’une nouvelle intrigue. Voici donc mes 10 sagas que je préfère.

1. Outlander / Diana GABALDON / 10 tomes publiés chez J’ai lu (1 en cours d’écriture)
Découverte en 2016, j’ai eu un coup de cœur absolue pour cette saga historique et j’ai ainsi dévoré tous les tomes en une année. Je suis une amoureuse transie de Jamie, mais aussi de Ian (fils), Roger, William…je les veux tous 🙂 ! J’adore les détails historiques, les changements d’époques, les batailles, et bien évidement les histoires d’amours. J’aime également que ce soit de bons gros (énormes) pavés, de parfois 1500 pages. ET c’est très bien écrit.
Attention, beaucoup de scènes d’amour très crues dans les premiers tomes, je conseille cette lecture pour les +16 ans.
PS: je fais partie des rares personnes à ne pas aimer la série, que je ne trouve pas du tout fidèle aux livres (détails, atmosphère…), je ne la regarde que pour Sam Heughan (l’acteur canon qui fait Jamie).

2. Les chroniques de San Francisco / Armistead MAUPIN / 9 tomes (6 publiés chez 10/18, 2 chez Point, et 1 chez Editions de l’Olivier)
Les Chroniques de SF sont, à la base, une série de courtes histoires publiés quotidiennement dans un journal de San Francisco, dans la fin des années 70. Chaque jour, les habitants de la ville américaine retrouvaient ainsi les personnages emblématiques de Tales of the City. Devant l’engouement populaire, les chroniques ont ensuite été publiées dans une séries de roman, donnant lieu à cette saga. Ce que je trouve intéressant, c’est de suivre le quotidien des multiples personnages, tous aussi loufoques et différents les uns que les autres, et ce sur une large période (entre les années 70 et jusqu’aux années 2000). On les voit évoluer, et devenir « adultes ». Petit + : c’est une saga « gay friendly » (je ne sais pas si ça se dit lol), autant vous dire que dans le San Francisco des années 70, l’heure était à la débauche… et le sida omniprésent… 🙁 ).
Les moins : Dommage de ne pas avoir une collection complète publiée chez le même éditeur ! Les meilleurs tomes sont les premiers de la saga.

3. La passe-miroir / Christelle DABOS / 3 tomes publiés (1 tome en cours d’écriture, et l’attente est INSUPPORTABLE lol)
La passe miroir c’est la fabuleuse découverte de 2016 ! Un univers riche et pleins de détails merveilleux, des personnages gauches, timides et rêveurs, et des objets qui prennent vie au contact des « humains » (si l’on puit dire !). Chaque tome, en dehors d’être un objet livresque particulièrement BEAU, nous entraine dans un monde fantastique au coté d’un couple hors du commun : Ophélie et Thorn.
Amateurs de fantasy, plongés dans cette saga (si ce n’est pas déjà fait), vous ne regretterez pas !

4. Saga « Le chat qui » / Lilian JACKSON BRAUN / 29 tomes publiés chez 10/18
J’appelle cette saga « la saga de mémé jojo » 🙂 J’ai découvert cette grande série de livres en 2015, et je les ai tous dévorés d’affilés. On suit la vie de Jim Qwilleran, ancien journaliste qui devra résoudre une enquête à chaque tome. Il adopte 2 chats siamois, qui l’aideront à résoudre les énigmes…
J’ai aimé suivre ce bon vieux Jim à travers différentes étapes de sa vie. C’est un peu mielleux, c’est tout doux comme un bon café au lait de ma mamie, mais j’ai adoré. Je vous la conseille, sauf si vous appréciez les romans hipsters trop In de la mode.

5. Harry Potter / J.K Rowling
Je ne vais pas m’épancher sur cette saga 🙂 J’ai grandit avec la publication des différents tomes, je suis allée voir tous les films lors de la sortie au cinéma… bref, toute ma génération !

6. Autre Monde / Maxime CHATTAM / 7 tomes publiés (6 tomes chez Le livre de poche + 1 tome chez Albin Michel)
Encore une super saga ! Que j’ai adoré lire ces livres ! Dans un monde post-apocalyptique, trois jeunes ados vont faire alliance afin de survivre dans ce nouveau monde très étrange… Avec un petit gout d’Harry Potter (alliance des trois, amitiés…), nous voila plongé au cœur de la révolte de la Terre : avec la grande « Tempête », tout va changer, la Terre se rebelle et revient aux fondamentaux. Les adultes ont mystérieusement perdus la mémoire, les enfants s’organisent au sein de différentes cités. Mais de nouvelles grandes menaces mettent en péril ce début de fragile équilibre : les trois héros parviendront-ils à sauver la vie de milliers d’innocents ?
Gros moins : grosse déception sur le dernier tome, et donc sur la conclusion de toute la saga… Je l’ai trouvé prévisible, contrairement à tous les autres tomes où l’on est constamment complètement déboussolés.

7. L’accro au shopping / Sophie KINSELLA / 8 tomes publiés chez divers éditeurs
Une chouette saga chicklit (romans de filles), où l’on suit les déboires amoureux et financiers de Becky, addict au shopping. C’est une lecture bonbon, on passe toujours un bon moment !
Petit moins : Difficile d’avoir une collection de livres du même éditeur tant ils sont nombreux (différentes couvertures chez Pocket, une édition France Loisirs chez Piment, une édition chez Belfont…).

 

8. Les enquêtes Stéphanie Plum / Janet EVANOVICH / 18 tomes publiés chez Pocket
Découvert très récemment grâce à Instagram, j’adore cette grosse saga (18 tomes publiés actuellement), des enquêtes sur fond de chicklit, pas du tout nian-nian, mais avec quand même un peu de love story ! Ça me sert de « pause » entres deux bouquins un peu plus prise de tête !
Petit moins: Tous les tomes ne se valent pas, mais la qualité d’écriture et la gaucherie de Stéphanie Plum et sa famille font que l’on est toujours ravie de les retrouver !

9. L’épouvanteur / Joseph DELANEY / 14 tomes publiés chez Bayard Jeunesse
Une saga un peu plus typée jeunesse. Ce sont les aventures de Thomas J Wards (Tom), septième fils d’un septième fils, jeune apprenti de l’épouvanteur du compté. A ses côtés, il va apprendre son métier, et lutter contre les forces obscures du monde : les sorcières, gobelins et autres démons. Une bonne série de livres, l’écriture est simple, à proposer même aux jeunes ados.

 

10. Le journal de Bridget Jones / Helen FIELDING / 4 tomes publiés chez divers éditeurs
Personnage éponyme de la saga, Bridget, c’est la BASE de la chicklit ! Le journal de Bridget et L’âge de raison sont les 2 romans que je préfère dans la série. Deux nouveaux livres ont été écrit récemment, mais je suis moins fan (Marc Darcy me manque…). Beaucoup de références au roman de Jane Austen Orgueils et Préjugés… Bref, une saga souvent imitée, jamais égalée !

Et vous, c’est quoi votre saga préférée ???

L’île du crane & Maudit Graal / Anthony HOROWITZ – Le livre de poche jeunesse

J’ai récemment découvert (toujours sur instagram) l’existence de ces deux romans jeunesse. Certaines m’ont prévenu : « tu vas voir, il y a beaucoup de ressemblances avec Harry Potter! ». J’ai eu la chance de tomber sur le premier tome chez EasyCash (décidément, que des bonnes trouvailles) et je me suis dépêchée de découvrir cet auteur.
Avant de revenir sur la « polémique » du plagiat HP, voici un petit résumé de mes lectures.

De quoi ça parle ? : David Eliot vient d’être renvoyé du collège et cette fois ses parents ont décidé de sévir ! Il se retrouve dans une école bien étrange, sur la sinistre île du crâne, au large de l’Angleterre. Très vite, il soupçonne le pire. Mais il est encore loin de la vérité…
Avec Maudit Graal (tome 2), David va devoir sauver l’école d’une grande menace. Parviendra t-il à résoudre l’énigme du Maudit Graal avant que celui-ci ne soit dérobé ? Et dans quel but ?

L’auteur britannique nous plonge dans une atmosphère mystérieuse et souvent bien absurde (au sens positif du terme, j’ai trouvé ça très drôle). On retrouve l’humour très marqué « british ». L’écriture est fluide, ce qui facilitera indéniablement la lecture pour les plus jeunes (les 2 tomes sont proposés pour les 10 ans et +).
2 points négatifs pour le tome 1 : j’ai eu un peu de mal avec le tout début du livre, justement l’humour britannique est un peu brute de décoffrage (j’ai un peu tiqué sur les scènes de violences conjugales j’avoue, mais qu’il faut prendre au 6eme degré), je ne m’attendais pas à ça. Je trouve également que la fin tombe un peu comme un cheveu sur la soupe, et je suis donc bien contente qu’il y ai un second volet.
J’ai préféré le tome 2, moins prévisible, avec une sens des détails plus poussé et très bien retranscrit par l’auteur (on s’y croirait vraiment, surtout sur la fin lorsque tout s’accélère). Pas de points négatifs pour Maudit Graal, sauf qu’il n’y a pas de 3eme tome (sniiif).

Maintenant, je tenais à revenir sur les « ressemblances » avec la saga Harry Potter

Entendons nous bien : j’adore l’univers HP, que je trouve bien au dessus de ces deux courts romans pour enfants. L’atmosphère féérique et beaucoup plus détaillée d’Harry Potter place cette saga dans le top 5 de toutes celles que j’ai pu lire jusqu’à présent. CEPENDANT, j’ai été particulièrement intriguée (voir choquée, oh my god !) par les similitudes entres les deux textes d’horowitz et le Harry Potter à l’école des sorciers. Clairement, j’avais l’impression de suivre Harry dans l’Ile du Crâne et je voyais le château de Poudlard pour décors.

Voici un petit panel des ressemblances que j’ai pu mettre en évidence chez Horowitz:
– les personnages : 3 jeunes (1 personnage principal David, 1 jeune fille intrépide et 1 garçon maladroit), un homme à tout faire d’allure monstrueuse et un peu bourru (comme Hagrid), des professeurs (1 loup garou, une professeur de magie qui ressemble étrangement à Mc Gonagall)..), et dans le tome 2 on retrouve même bizarrement un « ministère », un jeune « méchant » blond les cheveux en arrière (Draco ?)…
– l’école de sorcier
– Les parents méchants, qui n’hésitent pas à envoyer David en punition enfermé sous le placard de l’escalier …
– La famille de David apprends qu’il est pris à l’école par une mystérieuse lettre qui arrive toute seule dans la boite aux lettres..
– le voyage en train pour aller à l’école, ou David rencontre ses deux acolytes qui sont dans la même cabine que lui
– Les élèves dorment dans des dortoirs
– le bureau des directeurs
– le système de point pour le classement du meilleur élève
– les personnages des tableaux parlent (!!!)
– la tante de David « gonfle »

Toute la base de l’histoire d’HP est donc pompée, selon moi (ouuuu lala je vais m’attirer les foudres des fans 🙂 sorryyy) sur les romans d’Horowitz. J.K Rowling a apparemment été accusée de plagiat mais à nié, expliquant s’être seulement « inspiré » des livres de l’auteur britannique. Je vous laisse juger 🙂
PS: petit fait intéressant, sur wikipedia (oui bon ok, c’est pas la source du siècle mais bon), les livres d’Horowitz ne sont pas du tout mentionnés dans les sources d’inspiration de Rowling… mouiiii c’est ça 😀