Gardiens des cités perdues – Les Invisibles (tome 4) – Shannon MESSENGER – PKJ

Bonjour à tous ! On se retrouve aujourd’hui pour parler de la saga Gardiens des cités perdues, et plus particulièrement du tome 4 qui vient de sortir (début novembre 18) en poche, chez les éditions Pocket Jeunesse.

Résumé éditeur : Finis les cours à Foxfire et les messages mystérieux envoyés par le Cygne Noir, Sophie rejoint enfin l’organisation clandestine à l’origine de sa création ! Accompagnée de Fitz, Biana, Keefe et Dex, elle quitte les Cités perdues pour Florence, où se trouve le premier indice qui la mènera jusqu’au repaire du Cygne Noir. Là-bas, la jeune fille espère en apprendre plus sur elle-même, mais aussi sur les Invisibles, le groupe de rebelles qui cherche à déstabiliser le monde des elfes.
Entre l’étrange épidémie qui décime les gnomes, l’évasion de Prentice, prisonnier d’Exil, à préparer, et la menace grandissante des ogres, la jeune Télépathe va devoir s’appuyer sur ses amis et se retenir de foncer tête baissée vers le danger ! Surtout que si de nouveaux alliés apparaissent, des traîtres sortent aussi de l’ombre… 

J’ai lu les trois premiers tomes cette année, et j’attendais donc avec impatience la suite en poche (oui, je me mets parfois des limites, et sur cette saga je me suis dis que j’attendais les sorties petit format). J’avoue avec eu au départ un peu de mal à me replonger dans l’histoire, certains personnages ne me revenaient pas (ils sont nombreux, surtout dans le groupe du Cygne Noir). Quelques chapitres avalés et me voila enfin dans l’ambiance si particulière développée par son auteure Shannon Messenger (saviez-vous qu’elle n’avait que 27 ans !!!). On retrouve donc les 5 héros de la saga : tout d’abord Sophie, plus mure et déterminée que jamais, et dont les sentiments pour un elfe (je ne dirai pas lequel) se précisent (bien évidemment, j’ai adoré ça, et je l’attendais depuis un bail !). Keefe, Dex et Fitz se chamaillent toujours autant, et vont chacun jouer un rôle déterminant (grâce à leurs talents respectifs) dans la découverte des mystères que cachent la société des Invisibles… Biana est un personnage toujours un peu effacé à mon sens, dommage. Deux nouveaux personnages intègrent ce petit groupe déjà bien soudé, sans que l’on ne sache encore quel rôle (peut être majeur) ils auront dans la suite de l’aventure.

Dans ce tome, nous voyageons au cœur de l’organisation du Cygne Noir et découvrons petit à petit les membres qui la compose. Les ogres sont de plus en plus présents, et menacent le monde elfique, ainsi que la société des gnomes. Même si j’ai beaucoup aimé l’intrigue de ce tome, je m’y suis parfois un peu perdue, ne me souvenant plus de certains éléments arrivés dans les tomes précédents (l’histoire avec le petit garçon disparu, l’enlèvement…). Quand on voit que ce lecture est conseillé pour des enfants à partir de 10 ans, je pense que c’est un peu hardu.

SPOIL Autre petit point noir, Exilium. J’avais hâte de découvrir cette école maudite, où tous les enfants terribles sont envoyés. J’ai été déçue, car en fin de compte il y a peu de moments où les cinq héros sont dans cette école, ils traversent leur scolarité avec une étonnante facilité, et parviennent même à rendre l’école meilleure (elle se transforme petit à petit grâce à Sophie en école presque parfaite). Trop facile ! FIN DU SPOIL C’est ce que je reproche parfois à cette saga, c’est que certains dénouement sont trop faciles, on se dit parfois « c’est tout ! »). En dehors de cela, j’ai vraiment beaucoup aimé cette lecture, je pense que c’est le tome que j’ai le plus apprécié car il est moins jeunesse et davantage ado.

les + : petit coup de coeur pour le personnage de Calla, la gnomide : attachante, juste et attentionnée ! Une perle. J’ai également beaucoup aimé la transformation de Keefe, sous ses airs de rigolo, il cache une sensibilité qui va être mise à rude épreuve dans ce tome… Gros + pour la fin (même si elle est légèrement prévisible), qui annonce un chamboulement majeur dans l’équilibre du groupe des cinq !

Les – : Des solutions à certains problèmes un peu faciles parfois…

Vous avez déjà lu cette saga ?

Elle s’empara d’Ella, de son oreiller et s’enroula dans sa couverture la plus épaisse. Puis, elle se dandina pour rejoindre la fenêtre, tel un burrito en peluche.
– Soirée pyjama à la fraîche !
Keefe s’esclaffa d’un rire franc. Après une seconde d’hésitation, il disparut à son tour avant de revenir équipé d’une couverture et d’un oreiller.
Le sol sur lequel ils étaient allongés était dur et froid, les problèmes qui les attendaient inimaginables.
Mais ils n’étaient pas seuls.
C’était toute la différence.

Bookhaul du salon savoyard « Livres en Marches » ! 😍

Oh oui il est merveilleux ce bookhaul ! Ce 24 novembre avait lieu l’ouverture du salon « Livres en Marches  » en Savoie, spécialisé en livre d’occasions. 50 000 livres récents (édités il y a moins de 10 ans), déposés par des particuliers, en vente à tous petits prix (4 euros max). Nous sommes arrivées sur place à 11h le samedi (heure d’ouverture de la bourse : 12h), et il fallait bien ça car la queue était déjà longue. Nous avons ainsi pu rentrer dans les premiers sous le chapiteau, et trouver les meilleures affaires 🙂 (suite…)

10 cadeaux à offrir à un bibliovore ! Édition 2018

Coucou les lecteurs ! La meilleure période l’année arrive enfin, c’est bientôt Noël !!!! A nous les téléfilms qu’on a déjà vu 20 fois (mais que l’on regarde quand même avec impatience), à nous les petits biscuits à la cannelle, à nous les grosses chaussettes pilou pilou ! Vous l’aurez compris, j’adore Noël, et j’adore encore + réfléchir à tous les cadeaux à faire 3 mois à l’avance, c’est ma passion dans la vie (entre autre, n’abusons pas).

J’ai donc décidé de vous ressortir un ancien article que j’avais publié l’année dernière et qui vous avait beaucoup plus, en le mettant au gout du jour et en ajoutant certains éléments. Cet article à pour thème : le bibliovore. Mais le bibliovore c’est quoi ? C’est celui qui, comme peut être toi, n’a qu’une obsession dans la vie : lire des livres, s’en procurer toujours d’avantage, et avoir la plus belle bibliothèque de tous ses amis. Mais comment faire plaisir à quelqu’un qui a déjà presque tout ? Voici quelques pistes, qui feront mouche à coup sur ! N’hésitez pas à donner vous aussi des idées en commentaire. (suite…)

Les royaumes du Nord . 1 (Bande dessinée), d’après l’œuvre de Philip PULLMAN / Stéphane MELCHIOR et Clément OUBRERIE – Editions Gallimard

Bonjour à tous ! Il n’est pas commun que je vous parle BD car je n’en lis que très rarement. Il y avait pourtant ce bel album que je convoitais depuis plusieurs semaines, je vous en parle tout de suite ! (suite…)

Tag PKJ de novembre ! spécial automne

On se retrouve aujourd’hui avec le tag PKJ spécial automne ! Je vous laisse découvrir ma sélection 🙂 n’hésitez pas à partager vous aussi vos livres.

1) Un livre qui se passe en automne.

Fahrenheit-451

 

2) Un livre où l’histoire débute à la page 11.

9782253073178-001-T
Ce n’est pas mon préféré d’Aurélie Valognes, mais il commence bien à la page 11 (en poche).

 

3) Un livre qui traite de la Première Guerre mondiale.

index
Pas un roman, mais c’est un recueil de lettres qui m’a beaucoup marqué lorsque je l’ai lu au collège. C’est le premier qui n’est venu en tête, traitant de la première guerre mondiale (vous en voyez d’autres ?)

 

4) Un livre avec une couverture qui représente un animal.

index
Le tome 1 de la saga Les royaumes du Nord !

 

5) Un livre avec une couverture aux couleurs automnales.

7143X2YPYUL

 

6) Une histoire qui met en avant un grand-père.

bm_270644_aj_m_7989
J’ai pensé à la saga Les enfants particuliers, surtout dans le tome 1. Il parle beaucoup du grand père de Jacob, de son passé…

 

7) Le titre d’un livre qui commence par la lettre « N ».

9782253087397-001-T
Neverland, de la saga Autre Monde. D’ailleurs j’aimerai beaucoup relire cette série coup de coeur.

 

8) Un livre que vous aimeriez relire.

CVT_La-passe-miroir--Les-fiances-de-lhiver_1267
Les fiancés de l’hiver ! Il faudra que je relise les 3 premiers tomes avant la sortir du tome 4 (qui n’a pas de date de parution d’ailleurs lool ).

 

9) Votre dernier achat.

gardiens-des-cites-perdues-tome-4-les-invisibles-783278-264-432
Le tome 4 enfin en poche, de la saga Les gardiens des cités perdues. Je suis entrain de le lire et j’adore ! Surement mon tome préféré jusqu’à présent, plus mature et plus sombre.

 

10) Le dernier auteur découvert.

Le-zoo-petrifie
Joris Chamblain. Dans ma pal, je vais le lire dans les jours à venir, et j’ai hâte !

A vos tags !! Identifiez moi afin que je puisse les lire 🙂

 

Entretien avec Clarisse Gardet, autrice de « Grandir avec ses émotions  » aux éditions Le livre de poche

Bonjour Clarisse !

Tout d’abord, merci d’avoir répondu à ma sollicitation, et de participer à ce jeu de questions-réponses. Je suis très heureuse que cet échange puisse avoir lieu !
Suite à la publication de ma chronique sur votre dernier livre « Grandir avec ses émotions » (Cliquez ici pour accéder à ma chronique), plusieurs jeunes femmes m’ont contacté pour me demander des informations sur cet ouvrage. Je ne voyais que vous pour répondre aux mieux à ces interrogations !  Voici les questions que des mamans instragrameuses ont voulu vous poser, sur le thème de la méditation pour les enfants :

À partir de quand pratiquer la méditation avec un enfant ?
Clarisse Gardet : L’envie de l’enfant reste le meilleur indicateur. Il est indispensable de ne pas le forcer à méditer ! Généralement l’enfant a envie d’imiter ses parents, ses aînés ou les adultes s’il les voit pratiquer la méditation. Vous pouvez l’inviter à se joindre à vous, ou lui proposer des séances très courtes, sans l’obliger à une immobilité absolue. Cela doit toujours rester un moment agréable !

L’adulte doit-il est présent lors des séances ?
C.G: C’est formidable de méditer ensemble ! C’est pour cela que j’ai prévu un CD qui accompagne chacun de mes livres. Les méditations enregistrées vous permettent de partager ce moment avec votre enfant sans avoir à guider la méditation.

Y a-t-il un moment propice à la méditation ? Au levé, au couché ? Ou plutôt au moment de la « crise » ?
C.G: Surtout pas au moment de la crise ! La méditation n’est pas faite pour calmer les enfants, mais pour leur permettre d’apprendre à se familiariser avec leurs réactions et leurs sensations. Pratiquée régulièrement, elle permet à chacun de découvrir, petit à petit, le chemin pour s’apaiser dans les moments difficiles.

Quoi faire, mettre en place pour les petites colères qui apparaissent plus tôt que 5 ans, aux alentours de 14 mois ?
C.G: À tout âge une émotion est inconfortable et pénible. Encore plus pour le petit enfant qui n’a pas la maturité physique ni cérébrale pour comprendre et réguler ses émotions. C’est un apprentissage qui se fait au fil du temps. Comme je l’explique dans Grandir avec ses émotions, lorsqu’il est en colère, votre enfant a besoin AVANT TOUT de présence et de réconfort. Consolez-le, dites-lui que vous savez qu’il souffre d’être dans cet état. C’est par la bienveillance et la patience que vous l’accompagnerez dans son apprentissage vers un équilibre émotionnel.

La méditation pour les enfants doit-elle être une pratique régulière comme pour les adultes ou peut-on la proposer très ponctuellement ?
C.G: Il est préférable d’installer une régularité. Néanmoins, tout dépend du contexte. Dans le cadre scolaire, c’est souvent plus simple qu’à la maison. Dans tous les cas, il ne faut jamais forcer les enfants à méditer, j’insiste beaucoup sur ce point. À vous de trouver le moyen de leur donner envie. C’est souvent en voyant les adultes pratiquer que les enfants ont envie de participer.

Combien de temps dure une séance de méditation pour jeune enfant (autour de 6 ans)?
C.G: Il est souvent difficile pour un jeune enfant, surtout les premières fois, de rester immobile sans parler. Proposez-lui, comme un jeu, de faire trois minutes de silence en regardant un sablier qui s’écoule.

Ma deuxième fille de 4 ans est propre pendant la sieste et la nuit et à l’école, mais pas pour le caca… » la méditation peut-elle l’aider ?
C.G: La méditation n’est pas une baguette magique ! C’est votre amour et votre patience qui l’aideront le plus à passer cette étape importante de l’apprentissage. La méditation peut vous aider, vous, à apaiser votre inquiétude pour ne pas la transmettre à votre enfant. Mais si vous êtes trop inquiète ou que cette situation se prolonge, le mieux est de consulter votre médecin qui vous donnera les conseils adaptés.

Quelle est la différence entre une séance de méditation et une séance de relaxation ?
C.G: Les deux pratiques sont complémentaires.
La méditation, bien qu’elle puisse nous apporter de l’apaisement et du soulagement, n’a pas pour objet de se détendre ou de se relaxer. Elle consiste à observer tout ce qui nous arrive, sans chercher à changer notre état, sans se juger ni s’en vouloir. Par exemple, lorsqu’on est triste sans raison, le fait d’en prendre conscience et de voir comment cette émotion nous traverse est beaucoup plus apaisant que d’essayer de se forcer à être joyeux. Ou encore lorsqu’on a peur, le reconnaître permet d’en parler, ce qui évite l’escalade émotionnelle et rend plus lucide pour mieux trouver le courage d’affronter l’événement.

La relaxation quant à elle est très utile pour apaiser des tensions ponctuelles. Par exemple pour réussir à s’endormir après une journée agitée ou à la veille d’un événement comme un anniversaire dont la perspective surexcite les enfants.

J’ai consacré un CD de séances enregistrées de ces deux types de pratiques dans J’apprends à être zen.

La pratique de la méditation peut-elle aider un enfant très timide, qui a du mal à tisser des liens avec les autres enfants de son âge ?
C.G: L’approche méditative consiste à de ne pas chercher à refouler ou l’étouffer la timidité, mais à se familiariser avec elle. L’enfant peut alors se rendre compte de toutes les manifestations de cette émotion. Il est important de l’aider à les décrire, en mots ou en dessin : ressentis physiques — rougeur, mal au ventre, accélération des battements du cœur —, sentiments qui se déclenchent — panique, honte, tristesse, peur — et tous les autres phénomènes associés.

Petit à petit, il pourra ainsi apprivoiser son expérience et trouver des ressources pour entrer en contact avec les autres enfants.

 

Joanne : Un grand merci Clarisse d’avoir répondu à nos questions ! J’espère que ces éléments de réponses vous auront donné envie de pratiquer la méditation avec vos enfants 🙂

 

Biographie : Clarisse Gardet est sophrologue, diplômée de l’École des hautes études de sophrologie pratique la méditation laïque et l’enseigne à L’école occidentale de méditation et fait de nombreux ateliers pour les enfants. (source Lelivredepoche.com). Elle est l’auteure de plusieurs ouvrages sonores (c’est à dire accompagné d’un CD) dont Grandir avec ses émotions, Méditer avec les enfants, Méditation, respiration, relaxation : se ressourcer pour tout concilier… 

 

Spécial nouveautés : les livres préférés de mon fils (1 an)

Coucou les lecteurs ! Je suis de retour pour vous présenter une petite sélection d’ouvrage jeunesse (très très jeunesse), des livres que nous avons trouvé à la bibliothèque de quartier, qui sont parus il y a peu de temps et que nous affectionnons beaucoup ! A l’approche des fêtes, cela peut peut être vous donner quelques idées pour des cadeaux à faire pour vos petits (ou neveux, nièces, petits-enfants… 🙂 ). Je vous donne également RDV sur mon précédent article qui présente nos coups de cœur spécial 1 an de mon fils : Cliquez juste ici ! Bonne découverte 🙂
(suite…)

Destin de sang (tome 3 Trilogie du Tearling) / Erika JOHANSEN – Le livre de Poche

img_20181021_153557_8597686995889116012201.jpgBonjour à tous ! Me voici de retour pour vous présenter ce dernier opus de la Trilogie du Tearling, écrit par Erika Johansen. J’attendais ce roman avec une grande impatience, ayant dévoré le tome 2 il y a quelques mois, l’attente était à la limite du supportable (oui, j’exagère juste à peine lol). Allez, c’est parti pour la chronique ! (suite…)

Les livres préférés de mon fils / spécial 1 an !!

Hello !
On se retrouve aujourd’hui pour un article un peu spécial, dans lequel je vais vous parler lecture pour les tout-petits !
Nous avons fêté il y a quelques jours le premier anniversaire de mon bébé, et il a eu des supers cadeaux, dont beaucoup de livres ! (oui, j’avais un peu briefé tout le monde sur les présents à nous faire, et mon fils adoooore les livres : pour le plus grand plaisir de sa maman !!). (suite…)

Ma vie (pas si) parfaite / Sophie KINSELLA – Pocket

Hello les lecteurs ! Aujourd’hui je vous parle du dernier Sophie Kinsella sorti en poche il y a quelques mois: Ma vie (pas si) parfaite ! Quel bonheur de retrouver l’écrivain et sa plume si drôle ! J’ai lu pratiquement tous ses romans, dévorée la saga des confessions d’une accro du shopping, et me voici enfin en possession du dernier roman de cette auteure de feel good !

Résumé éditeur : Du fond de son Somerset natal, Katie en a tellement rêvé, et aujourd’hui, ça y est ! À elle les soirées branchées, les restos fashion, le job de rêve dans une grande agence de pub…
Certes, elle vit en coloc à deux heures du centre. Certes, son budget est si serré qu’elle se nourrit essentiellement de nouilles instantanées. Certes, sa boss est un cauchemar. Mais plutôt mourir que de renoncer à cette vie géniale, surtout si elle peut instagramer son mokaccino hors de prix. Mais ce que Katie ignorait, c’est qu’à la capitale, tout va plus vite. Y compris se faire virer. Retour à la case départ : la campagne.

Ne vous fiez pas à ce résumé un peu vu et revu (on dirait le résumé de n’importe quel feel good 🙂 ), nous sommes ici en présence d’un très bon roman ! Je me suis attachée dès les premiers chapitres à Katie, jeune active débarquée à Londres il y a quelques années, mais native de la campagne profonde (mais en fait c’est moi cette fille ! ). Petit à petit, elle est parvenue à faire sa place au sein d’une grosse boite de pub, même si la vie qu’elle mène dans la City n’est pas forcément celle dont elle rêvait petite fille… Puis un jour, sans crier gare, sa boss Demeter lui annonce qu’elle est virée… Réduction de personnel ! Katie se sent désemparée devant cette injustice. Elle décide alors de quitter Londres le temps d’une pause, et rejoint la maison familiale pour aider ses parents à lancer un « glamping » (à savoir camping glamour) ! Décoration, site internet, image : Katie s’occupe de tout ! Cependant, cette folle parenthèse sera malheureusement de courte durée…

J’ai beaucoup aimé les personnages de ce roman. Katie tout d’abord, jeune fille pétillante, créative, positive, elle m’a beaucoup rappelé Becky Bloomwood, de la saga L’accro au shopping. Les personnes qui l’entourent ont tous une personnalité bien différente : son père est aimant et ronchon, sa belle mère douce et compréhensive, son coloc tout à fait détestable ! Bien évidemment (roman chick lit oblige), l’amour viendra taper à sa porte de manière tout à fait impromptue. Mais ces deux là parviendront-ils à se comprendre, et à se dévoiler leurs sentiments ?…

J’ai aimé les renversement de situations, que l’on trouve peu dans les romans chick lit (je ne peux pas en dire d’avantage sans dévoiler la chute…), mais c’est assez bien trouvé. J’ai également trouvé judicieuse la construction du récit, en deux partie (première fois que je vois ça chez Kinsella): la vie à Londres, et le départ de la City vers l’aventure glamping. J’ai trouvé cette histoire plus aboutie que la plupart des autres one shot de l’auteure. Une vraie réussite de mon point de vue !

Bref, un des roman les plus drôle que j’ai lu de l’auteure. Bien construit, une histoire intéressante et des personnages attachants. Je vous le recommande si vous cherchez une lecture légère et bien écrite !

Au début de mes recherches, j’ai reçu pas mal de mails me proposant des boulots comprenant « beaucoup de potentiel », « des possibilités d’évolution », « une expérience précieuse ». Il m’a suffi de trois coups de fil pour comprendre le sens de ces formules qu’on peut traduire par :  » pas de salaire » .